Envie de partir dans le sud cet hiver? Des trucs et conseils pour bien choisir ton tout-inclus!

Par Valéria
lps47

tout-inclus-reussi

Déjà tanné de l’hiver?

Tu rêves déjà au soleil, à tes flip flop, ton bikini et un piña colada? Ça y est. T’as le syndrome de «faut absolument que je parte dans le sud cet hiver».

L’hiver vient juste de commencer. Mais toi, l’hiver ce n’est pas ta saison. Disons qu’au Québec, on ne se le cachera pas, on l’a rough…De la neige 6 mois par année, du pelletage de char, de la marche dans la slush pis du congelage de cuisse ça peut nous rendre fous!

Je comprends que ça rajoute juste de l’huile sur le feu de voir défiler dans ton fil d’actualité les photos de tes amis déjà en train de siroter un rhum coco glacé en se faisant griller sur la plage, mais avant d’acheter n’importe quel forfait, tu devrais te poser quelques questions!

1bfd43ab-5d64-44a1-8aec-f9a4e8697b7b_Fotolia_91736777_Subscription_Monthly_M.jpeg

Faire le party ou relaxer?

Premièrement demande-toi honnêtement t’as envie de quoi. Ne suis pas juste tes amis. Tu as une grosse période stressante à la job dans les derniers mois, c’est le temps de te gâter et d’aller décompresser les pieds dans le sable. Choisis ton resort en fonction de tes besoins. Un petit coup d’oeil sur les blogues peut en dire long et éclairer ton choix.

Tu cherches le party place! Assure-toi que l’hôtel où tu vas aller accueille les pros du beer pong et non le club l’âge d’or! Sinon, tu risques de trouver ta semaine longue à jouer à la pétanque….

Cuba, Mexique, République Dominicaine… la même météo?

Désolée de vous dire que même si ces pays sont tous dans les Caraïbes, ça ne veut pas dire qu’il fait aussi chaud partout! Dépendamment de la période à laquelle tu vas dans le sud, un petit coup d’oeil à la météo peut t’éviter bien des déceptions. J’ai déjà fait l’erreur de partir en voyage et de ne pas regarder les saisons de pluie dans les pays où j’allais. Pas besoin de vous dire que ça change la dynamique. En général, j’ai constaté et entendu dire que la météo en République variait très peu. Pour le Mexique, je me suis déjà fait prendre en pleine saison des pluies. Bref, je te laisse discuter avec Miss Météo!

Consulter des commentaires… c’est nécessaire!

Toujours important de lire les commentaires. Si tu cherches à manger comme une reine, je te conseille le Mexique. Encore là, vérifie sur TripAdvisor.com ou Expedia.ca pour t’assurer que la bouffe mexicaine sera à la hauteur des attentes de tes papilles gustatives! Sinon, tu peux toujours faire appel à une agence de voyage qui saura te guider à faire le bon choix. Des fois, ça vaut la peine d’investir un peu plus pour garantir son plaisir!

Prenez un verre à ma santé celles qui auront la chance de s’évader!

thebar-pina-colada-capt-morgan-spiced-rum-1425x950$$069A0000001Kj8EIAS.jpg

Pour ceux et celles qui resteront au Québec, voici une recette délicieuse de piña colada à faire à la maison absolument! Partagez entre amies, vous tiendrai le coup jusqu’au printemps!

http://www.saq.com/page/fr/saqcom/cocktail/pina-colada-ec

Buen viaje!
13607866_10153561380221540_1554065162_nValeria xxx

Publicités

Voyage Sportif | Top 10 des villes où tu pourras voir les meilleurs matchs + l’équipe à voir!

Par JD
lps crew 6

 

Avis aux voyageurs passionnés de sports! Pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable lorsqu’on se «set up» un périple entre amis ou en couple en planifiant quelques parties de sports à notre itinéraire? Une partie de baseball un après-midi de juillet, un duel de football américain sous la neige de novembre ou encore une joute de hockey en fin de saison quand la température devient plus clémente, ce n’est jamais de trop et ça s’insère bien dans une journée de voyage. Si comme moi, vous aimez voyager et assister à des événements sportifs, l’article qui suit est un « must » pour vos prochains projets de voyages. Voici donc un top 10 des villes en Amérique où le sport devient un incontournable. Notez bien que le nombre d’organisations professionnelles de sports, la popularité de celles-ci auprès de leurs fans ainsi que leur récent succès m’auront servis de critères pour établir la liste ci-dessous.

10 – Denver, Colorado.

1da32e09c1497a907cda4479049e6b2b-denver

Équipes préférées : Broncos (NFL) et Avalanche (NHL).

Affronter une équipe de sport à Denver requiert toujours un obstacle supplémentaire pour les visiteurs en vertu de l’altitude qui positionne la ville de Denver dans l’état du Colorado. L’oxygène se fait rare pour les non-habitués à ce genre de facteur qui peut être déterminant en fin de match. Loin d’être la ville la plus populaire pour organiser un voyage, Denver offre la chance aux amateurs de sports de pouvoir assister à une partie des 4 sports majeurs, soit le hockey, baseball, football et Basketball. Les gens sont proches db_com_logode leur équipe. Cependant, ils ont tendance à les délaisser lorsqu’ils connaissent des ratés. On l’a vu cette année avec l’Avalanche au hockey. Le Pepsi Center, domicile des ancien Nordiques, n’affichait plus complet à chaque soir comme c’était le cas aux cours des dernières années. Sinon, une visite au stade des Broncos (NFL) peut s’avérer magique pour les mordus de ce sport. Cette ville demeure sur ma « check-list » de périple à vivre, mais un de mes bons amis l’a récemment vécu et peut confirmer le tout. Rappelons-nous que Denver a pu se vanter de rapporter le Super Bowl grâce aux Broncos en février 2016.

9 – Washington.

Destinations_Header_Washington-1.jpg

Équipe à surveiller : Les Nationals (MLB).

Malgré que la capitale américaine est davantage connue pour son côté politique, elle ne laisse pas sa place au niveau du sport professionnel. Les clubs de Washington ont tous participés aux séries éliminatoires au moins une fois au cours des 2 dernières années, si ce n’est pas plus souvent dans certains cas. Présentement en séries, les Capitals sont, selon plusieurs, les favoris pour tout rafler cette année. Tiendront-ils le coup sous l’énorme pression qui leur est soumise? Plusieurs sportifs sont d’énormes vedettes dans cette ville, tel qu’Alexander Ovechkin au hockey et Bryce Harper à la balle. Mon conseil pour un périple digne d’un rêve : Une partie de baseball au magnifique stade des Nationals en PM suivi d’un match des séries des Capitals où l’ambiance n’est surtout pas à négliger. Pour sa part, le basketball aura repris vie grâce au récent succès des Wizards.

15ae32ae04a394e5160b87cb105feabd

8- Detroit, Michigan.

detroit-aerial-view.jpg

Incontournable : Les Red Wings (NHL) et les Tigers (MLB).

téléchargementMalgré la réputation de ville dangereuse que s’est fait Detroit, cette dernière demeure un arrêt de choix afin d’encourager leurs équipes de sport. Traîner dans les rues de Detroit n’est pas suggérer, mais assister à un match des Red Wings dans le bon vieux Joe Louis Arena en est tout autrement. Malheureusement, cette aréna de la NHL fermera ses portes dès cette année pour laisser place à un nouveau domicile pour le club de hockey. Tant d’histoire laissé dans cet emblème de ce sport. 24 années consécutives en séries, ce n’est pas rien! Cependant, cette séquence aura pris fin au même moment que le règne du regretté Joe Louis Arena. En outre, le baseball est très populaire dans cette ville grâce aux Tigers, qui année après année, représente un club de balle aspirant aux grands honneurs. Le football demeure une tradition avec un match à chaque année lors de la fête de Thanksgiving en novembre, privilège que peu d’équipe peuvent se vanter d’obtenir. Pour leur part, les Pistons serviront les amateurs de basketball.

7- New York, New York.

635932734909157496651194192_nyc-letters.jpg

Incontournables: Yankees (MLB).

6fe9354b1747668b21d094288a68dfbd--yankees-baby-baseball-teams

New York est une ville très « glamour » où vedettes et touristes se croisent à chaque coin de rue. L’île de Manhattan représente une destination de choix pour diverses raisons : Attraits touristiques de taille, magasinage, quartier des affaires, restauration et hôtellerie de grande qualité et autres. Toutefois, le sport n’est pas laissé de côté dans cette ville. New York est la seule ville qui peut se vanter d’avoir 2 clubs professionnels dans 5 sports différents. Les Yankees représentent l’équipe de New York. Cette dernière est d’ailleurs reconnue comme étant l’équipe la plus prestigieuse du baseball. Plutôt difficile de ne pas croiser quelqu’un n’arborant pas une casquette de cette équipe à tous les coins de rue. L’importante population en addition aux nombreux touristes fait en sorte que plusieurs équipes de sports majeurs peuvent survivre sans problème. Une visite au Yankees Stadium, malgré le fait qu’il soit situé dans le méchant Bronx, s’avère un excellent choix pour votre prochain voyage dans la grosse pomme. Bref, quitter Manhattan sans avoir assisté à un évènement sportif est une bonne raison d’y retourner éventuellement pour compléter votre tour d’horizon de cette magnifique ville qui en offre pour tous les goûts.

6 – Pittsburgh, Pennsylvanie.

pittsburgh.jpg

Équipe du peuple : Steelers (NFL).

Discuter de New York pour ensuite se diriger vers Pittsburgh nous apporte tout un contraste. En effet, cette ville de la Pennsylvanie en est une de prolétariat, caractérisée par ses nombreuses usines. La classe moyenne représente une majeure partie de la population de la ville de l’acier. La vie n’est pas toujours rose pour ceux-ci, mais le sport leur permet de se réunir pour espérer à quelque chose et ainsi partager leur passion pour une équipe. Les Steelers forment l’équipe de cette ville, sans rien enlever aux Photos-Pittsburgh-Steelers-Logo-Wallpaper-HDPenguins qui ont connu énormément de succès dernièrement et même en ce moment encore. Amateur de baseball ou non, une visite au stade des Pirates demeure toujours un choix gagnant étant donné que celui-ci est considéré comme étant l’un des plus beaux de la MLB. Bref, je ne serai pas surpris si le domicile des Steelers, le Heinz Field, remplacerait l’église dans les prochaines années. Ce lieu est sacré pour les habitants de cette ville. Ceux qui ont pu visionner le film Commotion pourront en témoigner.

5- St-Paul & Minneapolis, Minnesota.

Minneapolis-Skyline.jpg

Équipe préférée : Wild (NHL).

Loin d’être l’état des États-Unis la plus populaire pour un périple, Minnesota peut s’avérer intéressant pour les vrais amateurs de sport comme moi. Les villes jumelles, St-Paul et Minneapolis offrent la chance de voir 4 clubs professionnels. La population semble soutenir leurs équipes, peu importe si elles connaissent du succès ou non. Ceci me pousse à dire que ces villes sont sportives! On parle souvent de l’énergie et l’ambiance qu’offre le Centre Bell lors d’un match de hockey, mais le domicile du Wild dans la NHL ne laisse pas sa place. Je crois fortement que ce building est le plus bruyant parmi les équipes de hockey des États-Unis. D’ailleurs, la popularité du hockey est très grande. Plusieurs joueurs de la NHL sont originaires de cet état. Finalement, rares sont ceux qui se planifient un voyage au Minnesota. Cependant, y faire un arrêt pour dormir est une bonne raison pour assister à un évènement sportif par la suite. D’ailleurs, le nouveau stade des Vikings (NFL) aura embellit cette ville.

fonds-ecran-wild-du-minnesota-2

4 – Toronto, Ontario.

toronto.jpg

Équipe à surveiller : Leafs (NHL) et Jays (MLB).

téléchargement (1).pngToronto représente la seule ville canadienne dans mon top 10. Cette dernière offre des spectacles de qualité en comptant sur des équipes professionnelles au hockey, baseball et basketball. En fait, la ville reine est la seule au pays qui offre du baseball majeur ou encore du basketball de la NBA. Elle devient un choix logique de destination pour les amateurs canadiens de sports qu’ils ne veulent ou ne peuvent pas traverser la frontière avec les États-Unis. Depuis 2 ans, Toronto est sans l’ombre d’un doute une des villes les plus choyées en termes de succès sportif en Amérique du Nord. Les Blue Jays (MLB) et les Raptors (NBA) ont connu de brillants parcours en séries éliminatoires. Cependant, le hockey demeure le principal sport pour cette ville et heureusement pour les torontois, les Maple Leafs représentent une des équipes les plus prometteuses de la NHL. Bref, si vous aimez le sport et voulez demeurer au Canada, Toronto sera votre paradis.

3- Chicago, Illinois.

chicago.jpg

Club fétiche : Cubs (MLB).

La ville des vents est reconnue selon plusieurs comme étant la meilleure ville aux États-Unis. Son architecture, sa gastronomie, son côté innovateur et scientifique, sa qualité de vie et ses nombreux attraits touristiques en sont pour beaucoup dans le choix. Bien sûr, le sport est très important dans la vie des habitants de Chicago. Les Blackhawks leur ont permis de fêter régulièrement au cours des dernières années grâce à 3 coupes Stanley en 6 saisons. Par contre, l’équipe «chouchou» de cette ville demeure les Cubs. Après 108 ans d’espoir et de déception, l’équipe de baseball aura finalement réussi l’an dernier à remporter une Série Mondiale. En outre, le football et le basketball ne donne pas leur place non plus. Cette ville peut compter sur divers amoureux de sports afin d’offrircubs une base d’amateurs solide pour chacune de leurs équipes professionnelles de sports. Si vous visiter la ville des vents prochainement, le domicile des Cubs, le Wrigley Field, devient un incontournable pour vous, que vous aimez la balle ou non.

2- Philadelphie, Pennsylvanie.

philadelphie.jpg

Équipe préférée : impossible à déterminer.

Loin d’être la ville la plus intéressante à visiter pour un touriste, elle renferme quand même quelques attraits de taille. Son côté historique n’est pas à négliger. Cependant, lorsqu’on parle de la ville de l’amour fraternelle, on ne peut passer sous le silence la passion des habitants pour le sport en général. Les Eagles (NFL), Phillies (MLB) et les Flyers (NHL) représentent tous des équipes très admirées de la population. Le stade de maxresdefaultbaseball et de football sont situés face à face. Imaginez-vous en train de visiter la ville alors que les 2 évènements sont présentés simultanément! Je vous confirme que vous vivrez quelque chose d’exceptionnel. La passion pour le sport est incroyable à Philadelphie. De plus, les partisans sont reconnus comme étant très durs à l’endroit de l’équipe visiteurs…et parfois même envers l’équipe locale si les résultats n’y sont pas! Conseils 101 : Préparez-vous à boucher les oreilles de vos enfants si vous assister à une partie de baseball, football ou hockey. Malgré cet aspect peu reluisant, Philadelphie demeure un endroit merveilleux pour le sport.

1- Boston, Massachusetts.

boston.jpg

Nouvelle religion : Les Red Sox (MLB).

Voilà, nous y sommes! Selon moi, la meilleure ville de sports en Amérique du Nord est celle de Boston. Premièrement, les partisans sont exceptionnels, étant très nombreux et surtout très fidèles peu importe le résultat de leur équipe. Heureusement, les diverses équipes sportives de Boston leur donne régulièrement la chance de fêter et de les admirer, grâce aux nombreux championnats remportés, tous sports confondus. Demandez aux joueurs des Canadiens s’il est facile de jouer au TD Garden de Boston face aux Bruins. Vous connaissez déjà la réponse! Et que dire des Patriots au Football. Probablement la meilleure franchise de football au cours des 20 dernières années. D’ailleurs, ils sont champions en titre du Super Bowl grâce à une remontée historique que tout le monde a pu admirer. Les Celtics forment probablement l’équipe la moins suivie des habitants de la ville. Cependant, ils sont très populaires! Tout est relatif comme certains diront, alors que certaines équipes de la NBA doivent être jalouses du support offert par les partisans des Celtics malgré le fait que le Basketball n’est pas autant populaire que les autres sports dans cette ville. Finalement, on peut aisément affirmer que les Red Sox forment l’équipe préférée des Bostonnais. Cette équipe de baseball joue probablement dans le stade de balle le plus magnifique au monde, grâce à son histoire et son architecture. Pour y avoir été à quelques reprises, il n’y a pas de meilleurs endroits pour contempler une bonne partie de balle avec en prime, Sweet Caroline en 7e manche, une tradition des Sox! Les Red Sox sont devenus au fil des années une religion pour les habitants de la ville. D’ailleurs, lors de votre prochaine visite, je vous mets au défi de croiser une personne sans un seul item aux couleurs de l’équipe lors de votre promenade aux alentours du Fenway Park, soit l’endroit mythique où les Sox font vivre toutes sortes d’émotions à leurs amateurs depuis longtemps.

red sox

Malgré le fait que je n’affectionne pas vraiment les divers clubs de sports de Boston, mon objectivité ainsi que mes 5 visites dans la ville m’ont forcé à donner le titre de meilleure ville de sport en Amérique du Nord à Boston. Cette ville n’est pas très loin géographiquement et offre, en plus de sport, des attraits magnifique pour les touristes. L’histoire de la ville et l’architecture donnent un charme sans pareil à cette destination de choix. On y mange bien et on ne s’ennuie surtout pas dans cette ville.

Finalement, Los Angeles, Cleveland, Seattle peuvent obtenir une mention honorable malgré le fait qu’ils ne se retrouvent pas dans mon top 10.

Bon voyage!

JD

(Le seul boy du LPS Crew)

 

LPS Crew | Nanny à l’étranger: mon expérience de fille Au Pair en Espagne

Par Valéria
lps crew4

 

Capture

Être nanny dans un autre pays, c’est une façon de voyager à pas cher et pendant longtemps. Tu peux t’évader du Québec pour quelques mois pour apprendre une autre langue et t’imprégner d’une autre culture. Si t’es comme moi, tu as sûrement rêvé de partir pendant longtemps. Aujourd’hui, je vous partage les bons et les mauvais côtés de mon expérience de gardiennage à Grenade.

Trouver comment partir longtemps

En 2009, après mon Cégep, je m’étais donné comme objectif de partir au moins 6 mois dans un autre pays pour parfaire mon espagnol appris pendant l’été au Mexique et découvrir une autre culture. Je m’étais inscrite au programme de Jeunesse Canada Monde, mais malheureusement la destination à laquelle ils m’avaient associée était le Mali,.. et je me voyais mal apprendre l’espagnol là bas! Je dois aussi avouer que c’est l’esprit de l’Amérique latine qui m’appelait: la rumba, la danse, la chaleur, les palmiers et les plages. Par contre, j’ai bien vite réalisé que sans budget, ce serait plus compliqué de partir longtemps en Amérique latine et que mes options étaient limitées.

Fille au pair

Bref, j’ai trouvé le site de Fille au pair. C’est un concept intéressant pour voyager quand on est jeune. Ça se passe surtout en Europe et en Amérique du Nord. L’idée c’est que tu es logée et nourrie par une famille et en échange tu donnes quelques heures de ton temps (voir du temps plein) à t’occuper de leurs enfants! Les familles font souvent ça pour permettre à leurs enfants d’apprendre une autre langue, souvent l’anglais. J’ai donc envoyé ma candidature à plein de famille en Espagne. Le lendemain, j’avais déjà des réponses. J’ai choisi ma famille au feeling. Résultat: 4 enfants et un chien à m’occuper pendant 3 mois! Tout un défi qui m’attendait…

Capture2.JPG

Le clash de culture

19 ans. Je prends l’avion toute seule pour la première fois. Mon père était venu me porter et m’a dit au gate: ‘Quand tu vas passé la ligne ici, tu seras toute seule, Plus de maman et papa avec toi. Tu seras une grande fille’ avec un petit sourire nostalgique de voir son bébé partir à l’aventure. Ça y est. J’avais les yeux pleins d’eau et je commençais à réaliser dans quoi je m’embarquais.

Arrivée à Grenade, j’avais une petite famille bien sympathique qui m’attendait avec une pancarte de ‘Bienvenida Valeria’. Tsé comme dans les films là! Mon aventure commençait pour vrai…

Arrivée à Grenade, ville au sud en Andalousie, je suis tout de suite tombée en amour. La ville était moderne, grande, mais pas trop, chaleureuse et mouvementée. Moi qui venais de la campagne d’un village de 700 habitants et qui avait étudié à Sherbrooke, je dois dire que j’ai vraiment aimé mon expérience d’habiter au centre-ville de Grenade. Tout était à ma disposition. La ville est séparée en plusieurs quartiers: gitan, arabe, juif et espagnol. Il y a beaucoup de variété de paysage, l’Alhambra (super château arabe) et des étudiants de partout dans le monde! C’est aussi la ville la moins dispendieuse et celle avec le plus de bars par habitant. Ouh la la… vous avez bien compris! À 19 ans, j’étais plus que comblée!! J’allais gagner 400 euros par mois en plus! J’allais finalement pouvoir être ici que 3 mois à cause de l’histoire du bon vieux visa, mais 3 mois c’était une belle compensation pour avoir fini le Cégep!

Capture3

Première claque dans face

La première semaine, tout est beau. Tu es la nouvelle dans la famille. Tout le monde te sourit tout le temps. Mais la routine s’est vite installée. Les sourires ont diminué. Après, j’ai réalisé que les plus vieux, celle de 8 ans et celui de 11 ans commençaient à être trop à l’aise à mon goût. Ils commençaient à me manquer de respect. Le stress a commencé à s’installer. Quand arrivait 14h15, je savais qu’ils allaient rentrés bientôt de l’école et que ça allait être assez compliqué merci de gérer 4 enfants, donner des cours de français et d’anglais à chacun après qu’ils aient passé toute la journée à l’école et finalement donner le bain à tout le monde! Cerise sur le sundae, le p’tit de 2 ans était capable d’ouvrir les portes et ne voulait rien savoir de rester avec moi quand il savait pertinemment que sa mère était dans l’autre pièce. Le chien sortait… et la mère me chicanait! Bref, j’ai fini par développer une hypothèse concernant l’attitude des 2 plus vieux: ces enfants-là se sont blessés à toujours s’attacher à différentes nanny et ils ont décidé de ne plus les aimer. J’étais donc dans la catégorie ‘on ne veut pas s’attacher à toi parce qu’on sait que tu vas quitter nos vies’. Et je me suis accroché à l’amour de la petite de 5 ans. Mon ange. Elle était encore à l’âge d’être malléable et ne comprenait pas encore la réalité des plus vieux. Je pense qu’aujourd’hui, si je ne l’avais pas eu, j’aurais abandonné en chemin.

Capture4.JPG

Ma solution

J’ai commencé à sortir beaucoup. Heureusement, dès ma première semaine là-bas. Je me suis fait une amie de fille qui était aussi nanny comme moi. Elle, chanceuse, n’avait qu’une seule fille de 6 ans à s’occuper. Nous étions toujours ensemble en dehors de nos horaires de travail. Des inséparables. On sortait toujours le soir. On explorait tous les bars de la ville! Que locura! Malheureusement, la fatigue s’est un peu installée et a probablement rajouté un peu de difficulté à mon expérience de nanny.

Partir c’est jouer à la loterie

Enfin, je pense que de partir comme ça dans une famille ou dans une autre sorte d’aventure, c’est toujours comme jouer à la loterie, Tu ne sais jamais sur quoi tu ne vas tomber et quels seront les obstacles sur ton parcours. Mais au final, je réalise que ça en vaut toujours la peine parce que tu accumules un bagage et des connaissances sur la vie que personne ne va jamais pouvoir t’enlever. T’apprends à te connaître, à faire la paix avec tes défauts et tes faiblesses, à tenter de te dépasser et surtout, tu gagnes confiance en toi comme nouvelle adulte. Mon amie Aliisa a renouvelé son contrat de 9 mois de nanny. Aujourd’hui, elle est graduée de l’Université de Grenade, elle est mariée à un espagnol, a une petite fille de 2 ans et attend un petit garçon pour juin. On ne sait jamais ce que la vie nous réserve. Tout ce qu’on sait quand on embarque dans l’avion, c’est que ce sera un chapitre de notre vie qui vaudra la peine d’être vécu et restera gravé à jamais.

Laissez-vous pas faire par ce que les gens diront…

Tout le monde me disait: ‘oh mon dieu, tu ne retourneras pas aux études!’. Ben coudonc, ça l’arrive de se tromper. Ils étaient juste jaloux faut croire! J’ai arrêté deux ans entre mon Cégep et mon Bac et un an après mon bac. Me voilà gradué à la maîtrise…. Prouvez-leur ce que vous avez dans le ventre les petites simplistes et à l’aventure! Let the show begin!

13607866_10153561380221540_1554065162_nValéria xox

3 étapes réalisables pour amasser ton argent et partir en voyage!

Par Valéria
lps45

 

Trop paumé pour voyager? Ne déprimez pas trop vite les simplistes! Aujourd’hui, je vous offre mes petits trucs et conseils pour vous aider à amasser votre argent afin de vous permettre de vous payer le trip de votre vie ou encore un simple petit voyage entre ami!

Bien sûr, tout dépend du temps, et de l’argent…!

Voici 3 étapes qui vous aideront et qui sont pourtant bien simples ;

Étape 1: Trouver la date!

Capture.PNG

La première question à te poser pour assouplir ton envie de voyage n’est pas de te demander si t’as l’argent, mais si t’as le temps! Je m’explique. Trouver la date à laquelle tu veux partir est la première étape de tout. Tu dois te demander: quand est-ce que je prendre off et partir 1 semaine à 1 mois collé si je veux faire un peu de backpack et voyager. Je te conseille de pas te dire la semaine prochaine, parce que là c’est vrai que tu ne feras pas de miracle en multipliant les billets dans ton portefeuille!

Par contre, chaque fois que je me suis mis dans la tête que j’allais partir disons octobre 2017 (8 à 12 mois d’avance), j’ai réussi à me ramasser les sous suffisants en m’autorégulant (voir étape 3). Le proverbe “quand on veut on peut” prend tout son sens dès que tu as la date fixée dans ton esprit!

Étape 2: Choisir ta destination!

Ça y est! Les 2 premières semaines d’octobre sont réservées! Tu pars en voyage! Quelle place? Soyons raisonnable, tu ne te ramasseras pas 10 000$ en quelques mois pour faire le tour du monde en 2 semaines et tu n’en auras pas besoin non plus si tu lis suffisamment sur des trucs pour voyager à pas cher et tu choisis une destination qui conviendra à ton budget.

Capture2.PNG

Par exemple, je vivais avec 800$ par mois au Nicaragua en surveillant relativement mes dépenses! Donc, techniquement pour 400-500$, y a moyen de faire des activités, faire un peu la rumba et être logé-nourri pendant 2 semaines! Il ne reste plus qu’à surveiller les meilleurs prix pour ton avion et ramasser ton argent… bien sûr!

Étape 3: T’autoréguler pour ramasser les fameux dollars…

Capture3.PNGBon! L’étape la plus cruciale et la plus difficile… comme de raison! Maintenant que t’as mis au clair dans ton esprit que tu seras dans le sud à l’automne prochain, il faut absolument que tu prennes conscience de chaque dollar susceptible d’augmenter ton cochon de voyage! Je m’explique. Chaque fois que je voulais sortir avec des amis, aller prendre un café latte, manger au resto ou aller magasiner, j’imaginais et comptais chaque tranche de 5$ comme une bière à siroter sur le bord d’une plage dans le sud. Je me disais: 10$!! C’est une nuit dans un super hostel au Guatemala! etc… Et ça me motivait à mettre de côté cet argent-là dans un pot réservé spécialement au voyage!

Soyons honnête, on a tous un 100 ou 150$ qui disparaît à chaque mois comme par hasard dans des dépenses superflues loin d’être nécessaires. Ben ce 150$ là se ramasse à coup de 2-3 $ insignifiants tous les jours. Puis au bout de la ligne, ça te permet de t’envoler dans le sud. Un projet, ça se prépare. Personne va te faire un chèque demain matin. C’est à toi de le faire!! Mets-toi des photos de sud partout dans ton appart, en fond d’écran sur ton cell ou écrit chaque dépense s’il le faut!

Trouve les bons trucs qui te conviennent, mais trouves les! Maintenant, tu n’as plus d’excuses pour ne pas découvrir le monde!

Aller! Lancez-vous le défi!

Buen viaje les simplistes….

13607866_10153561380221540_1554065162_nValeria— 🙂

 

La rentrée scolaire au Brésil : comment ça se passe?

Par Valéria [Photo & Texte]
Culture & Voyage

As-tu déjà pensé aller en échange étudiant quelque part? T’évader dans un autre pays? Te lancer un nouveau défi d’apprendre une nouvelle langue? Commencer tout à zéro dans une nouvelle culture?

Quand tu pars en échange, t’as l’impression de mettre ta vie sur pause. Dans mon cas, j’avais également l’impression de vivre un rêve. Ça faisait déjà 3-4 ans que je me disais que j’allais partir étudier un an au Brésil pendant mon Bacc. En 2012, l’année était enfin arrivée. Je suis parti au milieu de l’été, en plein de mois de juillet. Je suis arrivé à Porto Alegre au Sud du Brésil. Premier choc culturel : je quittais les 30 degrés du Québec pour rejoindre l’hiver du sud-brésilien… 2-3 degrés sans chauffage.

Quel choc! Réaliser que j’allais être à l’école en août avec mon manteau d’hiver et ma tuque en classe au Brésil. Je n’étais pas du tout prête à vivre ça. En plus, j’étais arrivé 3 semaines d’avance pour pratiquer mon piètre portugnol (un mélange de connaissances que j’avais en portugais que je mélangeais avec mon espagnol). À ma grande surprise, les universités étaient en grève. J’avais donc à attendre un mois complet avant la rentrée.

Aucun temps à perdre!

Brésil2.PNG

Je me suis dit que j’allais visiter le Brésil. Un pays quasiment aussi grand que le Canada. Un an n’allait pas suffire, je devais donc commencer tout de suite. Je suis allé directement à Rio de Janeiro, dire bonjour à ma cousine qui était en échange là-bas. Une semaine à me faire bronzer sur les plages de Copa Cabana. Oh la la que je regrettais mon choix de Porto Alegre. Malgré que l’école était très bien réputé, mettons que le manque de plage à ma ville d’échange me frustrait un peu.

C’est donc déçu que j’ai dû commencer mon année scolaire en revenant de Rio, une merveille du monde! Par contre, j’ai été agréablement surprise à quel point mon sourire est revenu rapidement. Dès la première semaine, j’avais déjà plusieurs amis à l’école. Je connaissais des gens de tous les pays. L’université nous avait préparé une soirée pour que tous les étudiants internationaux puissent se rencontrer. J’avais désormais des amis du Mexique, de la Colombie, du Dannemark, de la France, de l’Allemagne, de la Pologne, de la Chine, de l’Argentine et j’en passe. Les fêtes se bousculaient à mon horaire. Il y avait toujours quelque chose à faire, à découvrir.

À l’université, j’arrivais à comprendre les professeurs. Le mois que j’avais passé avant la rentrée avec mes 4 colocs brésiliens et leurs amis avaient suffi pour me faire l’oreille. Avoir des cours de politiques en portugais à l’université, laissez-moi vous dire que ce n’est pas ce qu’il y a de plus reposant. Méchant défi que je m’étais lancé là. Je me sentais toujours brûlée les premières semaines. Malgré les 10 à 12h que je dormais, j’avais l’impression de ne pas récupérer du tout. Mon cerveau était constamment en train de siphonner mon glucose pour arriver à suivre les conversations.

Brésil3.PNG

J’ai été découragée plus d’une fois. J’ai pensé abandonner à la première session. Malgré les amis que je m’étais fait et les sorties que j’avais, je sentais que je m’ennuyais. Je me sentais seule au monde parfois dans ma petite chambre. Je regardais les photos de chez moi et les messages de mes amis avec beaucoup de nostalgie. Je trouvais ça difficile de m’adapter à la culture et de cohabiter pour une première fois avec des brésiliens. On avait pas tous le même sens des tâches… C’est plus tard que j’ai compris que ce n’est pas culturel du tout de ne pas faire le ménage aux études!

Bref, j’ai décidé de faire les deux sessions comme prévue. La deuxième a été du bonbon! Je savais déjà la langue. J’arrivais même à passer pour une brésilienne en adoptant l’accent. Je connaissais la ville. J’avais des amis de partout. J’étais une référence pour les partys et les sorties pour un weekend dans les villes avoisinantes. Je m’inscrivais à tous les weekends de camping. J’ai fait un roadtrip avec des amis au nord du Brésil. Je me sentais libre. Accomplie. J’ai passé tous mes cours.

Brésil4.PNG

Cet échange étudiant m’a permis de voir beaucoup d’endroits différents, d’apprendre une nouvelle langue et de rencontrer des gens des 4 coins du monde, mais également de me dépasser. J’ai compris davantage qui j’étais et où je voulais aller comme personne.

Depuis l’âge de 16 ans que j’étais convaincue que j’allais passer ma vie à l’extérieur du Québec. M’évader de tout. Et bien à mon retour, j’ai réalisé à quel point nos racines sont importantes. Je perçois la chance que j’ai d’être Québécoise. L’avenir qu’il y a pour nous ici. Pour des futurs enfants. Mais également toutes les opportunités qui s’offrent à nous. Bref, je suis revenue avec un différent bagage que lorsque j’ai quitté. Le bagage du retour était rempli davantage de gratitude envers la vie.

Tudo bem, beijinho.

13607866_10153561380221540_1554065162_nValeria xox