Partager

Vous voulez 20 % de réduction ? Utilisez le code promo SIMPLISTE20 lors de la commande! https://etsy.me/2XPP635

Contribuer à l’avenir de demain… dans notre quotidien!

Par Suzie
Photos : La Cardinal Photographe

Avez-vous cette même chance que moi?

Celle d’habiter dans la magnifique Ville de Québec? Que vous ayez répondu oui ou non, que vous y êtes résident ou que vous nous voyez avec vos yeux de touristes, sachez que notre belle ville risque de faire parler encore plus d’elle et de se tailler une place de choix sur la mappemonde, avec son grand projet qui s’en vient!

Vous savez de ce dont je vous parle, right? Oui, CE projet qui est sur toutes les lèvres : le tramway, le réseau structurant, la nouvelle façon de voyager à travers la ville – appelez-le comme vous voulez, mais vous savez de quoi je vous parle! Et aujourd’hui les Simplistes, j’ai la chance et l’honneur de vous en parler un peu plus mais surtout, de vous faire voir ma vision de la chose et ma façon bien à moi d’inclure dans mon quotidien, des petits gestes écolo qui feront une différence dans l’avenir de demain. Qui est, d’ailleurs, pas si lointain!

Abordons directement le sujet ; prenez-vous le transport en commun? Connaissez-vous tous ces avantages? L’avez-vous du moins déjà essayé? Certains en sont adeptes lors des grands événements dans la ville – puisqu’il nous transporte beaucoup plus facilement que la voiture – certains sont abonnés à l’année, puisqu’ils l’utilisent pour aller travailler, certains n’ont que ce moyen de transport dans la vie et en sont vraiment ravies et… malheureusement, certains en ont peur, mais l’ont jamais vraiment expérimenté!

Trop de monde? Trop compliqué? Trop cher? Ayayaye! Si ce sont ces arguments qui vous repoussent bien loin des portes du Métrobus, d’un train de banlieue ou d’un Tramway, vous n’êtes plus sur la route mais dans le champ mes amis! Le transport en commun a été mis sur place dans plusieurs villes – des plus petites jusqu’au plus grande – partout dans le monde pour faciliter les déplacements de tous et chacun mais aussi pour donner un plus accès à chaque personne qui se doit de se déplacer pour travailler, pour se rendre au café, pour ne pas trop marcher et s’user les pieds, bref, vous avez pigés! Et la bonne nouvelle là-dedans c’est que nous, fiers résidents de la Ville de Québec, nous sommes choyés avec nos amis de chez RTC!

Mais nous le serons encore plus d’ici quelques années avec un nouveau Tramway! J’ai déjà hâte d’y monter moi! Et vous?

Personnellement, j’utilise le transport en commun assez fréquemment. Pendant plusieurs années, j’ai voyager en bus pour aller travailler. Le moins que je puisse dire, c’est qu’il n’y avait que des avantages : économiser beaucoup d’argent (avec un stationnement à 150$/mois dans la Vieux-Québec, oui, j’économise pas maaaal!), pouvoir relaxer en me rendant et en revenant du boulot au lieu de sacré après le trafic et même pouvoir faire la sieste et ahhhh! Honnêtement, il n’y en a pas d’inconvénient. Well, tout ça pour dire que maintenant, je l’utilise plus souvent pour me rendre à des événements et lors des tempêtes, le RTC me sauve tellement souvent! Merci, merci, merci!

Maintenant, mes amis, si vous utilisez déjà les services des transports en commun de votre ville, bravo! Continuez! Vous contribuez à un avenir plus vert et meilleur. Et pour les autres amis, qui ont une petite ou grande peur de ce type de transport ou que vous n’ayez pas eu la chance dans votre vie de l’utiliser, je vous ai préparer quelques arguments ou plutôt, je vous partagerai ma vision de l’utilité du transport en commun afin de faire de vous, de nouveaux utilisateurs! 😉

En utilisant le transport en commun, vous en retirez que de bienfaits dans votre quotidien :

  • Nous sommes choyés à Québec : le réseau de transport en commun est hyper développé et bien organisé. Vous pouvez facilement vous rendre d’un bout à l’autre de la ville de manière rapide, sécuritaire et efficace. Lors des tempêtes, je vous assure, ça sauve une vie! Sans parler du fait qu’il y a un très grand nombre d’horaire, des Express aux heures de pointe et une voie réservée au bus, ce qui vous permet justement de vous rendre au travail ultra rapidement!
  • Vous économiserez : avec le prix de l’essence toujours à la hausse, je vous assure que ça fait une bonne différence. Pour avoir calculer le tout, annuellement, ça vaut vraiment la peine. Vous pourrez vous payer un voyage dans le sud avec vos économies! Mis à part l’essence, il y a souvent une vignette de stationnement à payer au bureau, sinon un stationnement journalier en ville ou pire… un remorquage! (Je sais aussi ce dont je parle…god!) Une passe de bus, c’est simple : on se la procure une fois par mois et c’est réglé. D’ailleurs, plusieurs employeurs offrent la possibilité de renouveler automatiquement votre abonnement à chaque mois et de prendre la cotisation directement sur votre paie. Sans parler du fait que vous obtenez un tarif promotionnel en même temps. Wow, sérieusement, vous y pensez encore? Parlez-en à votre patron, puisque c’est toute qu’une solution!
  • Vous bougerez davantage : on passe déjà la journée assis au bureau… Prenez l’air et profitez en pour calculer le nombre de pas quotidien que vous faites pour vous rendre à votre bus ou la distance entre votre arrêt et le bureau! Vous arriverez au travail hyper zen et en pleine forme!
  • Vous serez moins stressé : comme mentionnez ci-haut, le temps de transport entre la maison et le bureau vous permettra de faire le vide et de vous reposer avant ou après d’arriver au bureau. Pas besoin de gérer le trafic, les feux de circulations, les accidents… Profitez de votre tête pour admirer le paysage au lieu de focusser sur toutes les voitures trop pressées! Moins de trafic et de gestion = moins de stress.
  • Finalement, vous allez contribuer à votre manière, à un avenir plus vert : avec tous les bienfaits que le transport en commun a sur l’environnement et votre santé, vous verrez et ferez la différence! Il y a tant de moyen de transport plus écolo que d’être seul dans notre auto… Pensez au vélo, au bateau, au bus, au métro… Rendez-vous plus efficacement, plus écologiquement et plus rapidement de votre point A à votre point B. Et n’oubliez pas que vous serez moins stressés et qu’en plus, vous économiserez!

Alors, que ce soit pour le travail, pour vous rendre à un festival ou au Carnaval, il y a certainement un trajet près de chez vous qui vous y amènera. Téléchargez l’application RTC ou visitez le site Web, toutes les infos y sont bien détaillées, vous ne pourrez pas vous tromper! En plus de l’application mobile, il y a même un bureau d’information en plein centre-ville!

En y adhérant, vous contribuez vous aussi à construire un plus bel environnement avec des transports moins polluants, moins d’effets de serre également mais vous participez aussi à un grand projet d’innovation. Toujours plus de trajectoires, plus de places, plus de solutions… Vraiment, la Ville de Québec travail fort pour tout mettre à notre disposition. Je vous invite d’ailleurs à consulter le site web du nouveau projet qu’à la ville afin de mieux comprendre tous les privilèges et toutes les solutions que le réseau structurant ajoutera à vos vies et à celle des touts-petits! Cliquez ici : www.reseaustructurant.info .

Alors, après tous ces beaux arguments, êtes-vous prêt à embarquer dorénavant?

Allez, tous ensemble pour un grand pas en avant!

Suivez-moi sur les différents médias sociaux pour voir mon implication et ma façon de profiter du transport en commun!


*Cet article est commandité par la ville de Québec

Ce plat qui se mange trop froid.

C’est drôle, ou triste.

Si tantôt, et on parle seulement de quelques heures plus tôt, j’étais assise à une table de cuisine bien entourée, verre de vin à la main, tout le monde heureux, bavard et festifs, je m’y sentais bien, sans trop penser à mes décisions d’hier et à mes actions de demain, ce n’est plus le cas maintenant.

Et… on parle de quelques heures à peine, juste un peu plus tôt en ce froid samedi soir.

Pourtant, je suis toujours assise à une table de cuisine, mais entourée de quatre belles chaises vides. Tellement vide, que même toi tu n’y est pas. Toi qui n’est jamais très loin là où je vais, toi qui fait partie de moi, toi qui partage mes projets, mes idées et mes décisions. Non, tu n’es pas là. Tu m’as abandonnée et t’es aller te coucher.

Quatre belles chaises vides. Tellement vide que mes remords se sont invités. Tellement vide que la couleur des murs s’est estompée et ils se sont peinturé avec la couleur de ma culpabilité.

Pi toi, tu vois ça comment? Tu te sens comment? En fait, premièrement… sens-tu? Sens-tu quelque chose? Si oui, tu ne sens pas la même chose que moi. Tu ne peux et ne pourra jamais sentir tous ces sentiments et ce cocktail d’émotions qui ne se boit pas ensemble. C’est trop un drôle de mélange, c’est pas bon de toute façon. J’aimerais bien t’y faire goûter pourtant, à ce poison qui est en train de me dévorer le corps et la tête mais c’est impossible. Alors autant mieux le boire seul, assise à cette table. Cette table trop vide.

Je n’ai plus faim. Cette semaine j’étais affamée mais j’ai payé. J’ai même tout rejeter. Ce n’est pas bon pour ma santé. T’es chanceux toi, bénit comme toujours, de ne pas avoir à y goûter. Goûter, sentir, aimer et détester, ce plat qui se mange froid. Je t’épargne tout ça et pourtant, c’est le fruit de notre recette, qu’on a pas trop suivi à la lettre, mais qui a donné un résultat. Un résultat beaucoup plus inattendu que je l’avais prévu.

Mais encore une fois, pour te protéger et ne pas te laisser empoisonner, je me suis sacrifiée et j’ai goûté. Goûté pour moi, pour toi, pour nous deux ou même pour trois. J’en ai mangé une sacrée platée.

Mais le pire, ce qui me déchire, ce qui me fait «spiner» la tête dans toute les directions, ce qui me remet le plus en question, c’est de ne pas comprendre comment tu peux me regarder me forcer à manger, ne pas avoir tant de pitié et à peine penser à me demander comment mon corps et ma tête prend notre plat cuisiné… Je subi, je n’ai pas choisi, mais… fille avec un trop grand coeur comme je suis, je préfère me forcer à avaler que de te dire que c’est de la merde, toutes ces conneries, tout ce temps perdu, toute cette souffrance physique et ô combien moral, toute cette confiance que j’ai perdu, en moi, en toi, en nous deux, à travers les épreuves. Je t’évite tout ça, et moi je me le répète sans cesse que je subi, que j’ai mal mais qu’aussi, je me tourne la langue sept, huit et neuf fois et je ravale au lieu de toute te balancer par la tête et te faire mal.

Mais toi, tu n’as même pas conscience que je me torture à vivre et à manger notre recette seule. Tu n’arrives même pas à partager ne serais-ce qu’une portion de mes émotions. Mais, je ne t’en veux pas.

J’en veux à la vie de me faire subir ça, de me lancer un ultimatum autant tuant. Je m’en veux de vivre ça toute seule avec mon dedans.

De toute façon, tu ne seras jamais assez proche de moi pour sentir ces pulsions. Ces émotions qui sont trop loin en moi, tu ne pourras jamais y arriver…non.

J’ai mal. J’aurai mal. J’aurai des cicatrices et des écorchures toute ma vie. Dans mon corps et surtout, dans mon cerveau. Ce n’est pas beau. Mais toi… t’es chanceux, tu évites tout ça car tu ne portes pas et ne portera jamais ma peau.

J’ai presque terminée de mâcher et d’avaler cette dernière bouchée. Je sais par contre que celle qui s’en vient, la dernière, sera celle qui me fera le plus de peine et de misère.

Je ne pourrai jamais pour autant en être fière. Je ne pourrai jamais pour autant revenir en arrière.

Mais je saurai désormais que je suis une guerrière mais sans coeur de pierre. Une guerrière… avec le coeur pur comme celui d’une mère.

Question de débuter l’année du bon pied

Et oui… Une autre de terminée et… une toute nouvelle, toute belle qui va commencer!

BONNE ANNÉE!

Je vous souhaite le meilleur de vous, des moments mémorables avec ceux que vous aimez mais aussi avec vous-même, de voyager, de travailler et d’être fiers de vous, de profiter de la vie au max et bref… d’être heureux et en santé, tout simplement. Parce qu’au fond, on est pas si quétaine que ça en se souhaitant ces vœux, le bonheur et la santé, c’est ce qu’il restera toujours important.

Le reste, ça vient avec et après, comme dirait mon père.

Et c’est vrai, il a tout a fait raison. Voyez-vous les choses dans la même direction?

Well, maintenant que mes voeux sont faits avec vous, ça m’amène à vous poser la question suivante : avez-vous fait votre bonne année avec tout le monde? Votre famille, vos amis, vos collègues, votre voisin et vos connaissance? Avec le commis d’épicerie? Moi, ça me rend heureuse de souhaiter plein de belles choses ou de tout simplement dire un petit «Bonne année», toute gênée à quelqu’un qui m’est plus inconnu mais… ça me rend heureuse! C’est comme de réprendre des petites confettis de joie partout autour de soi et de souhaiter le bonheur de chacun. Pas mal mieux que de semer le malheur partout où l’on va, right?

Et je crois fortement qu’en cette nouvelle année, vous devriez le faire. Ça prend deux secondes et ça mettra un sourire sur les lèvres de la personne en face de vous. Oh et, ça coûte rien! D’ailleurs, ça m’amène aussi au sujet principal de cet article ; avez-vous posé des actions ou modifier des choses dans votre quotidien depuis ces 6 premiers jours de l’année? On ne parle pas de résolutions ici parce qu’on le sait, ça marche pas. Ben en tous cas, pas dans mon cas. J’ai lâcher cette tradition fatiguante-là depuis quelques années déjà. Pas mal moins déçu à la fin de l’année, croyez-moi ;)! Non, je parle plutôt de petites choses qu’on a peut-être laissées tombées au cours derniers mois avant les fêtes, parce qu’on étaient trop dans le rush, parce qu’on étaient tannés, fatigués et blablabla. Moi oui, et je suis pas mal certaine que vous aussi. Il est temps de reprendre les choses en mains, la routine recommence demain!

Qui dit nouvelle année, dit aussi dans mon cas  » ménage  ». Pas le ménage de ma cuisine, ni de ma salle de bain, ça, ça se fait au quotidien. Grand ménage plutôt, du genre ménage dans mes souliers, mes vêtements et même mes cosmétiques! C’est fou à quel point on accumule au fil des mois et qu’on se rend compte, en faisant ce dit ménage très bénéfique, qu’on est très loin d’avoir besoin de tout ça. Allez, essayer ça, faites un bon ménage et donner au suivant – ce qui se donne bien sûr – et le reste, jetez moi ça. Vous allez enfin respirer à nouveau et arrêter de sacrer en ouvrant votre tiroir à bas qui a l’habitude de déborder. Anyway, ça fini toujours qu’on met les pairs sur le dessus, c’est-à-dire, la même paire qu’on a aussi lavée la semaine passée. Me size-tu mon ami quand je te dis qu’on a pas besoin de tout ça? Héhéhé!

De mon côté, je me suis motivée à reprendre une habitude que j’avais vraiment mise de côté. Celle de tenir le blogue à jour régulièrement et de vous écrire mes découvertes, mes idées, ma vie et mes émotions. Je ne vous laisserai plus jamais tomber aussi longtemps – promis, juré. Par contre, je tiens tout de même à me justifier ici en vous mentionnant à quel point cette pause m’a fait le plus grand bien. Pourquoi? Car ce temps d’absence, m’a permis de mettre mon énergie dans d’autres projets et m’a aussi permis de m’ennuyer de vous, de l’écriture. J’ai toujours dit que je ne ferai jamais de ce blogue mon principal métier car je ne veux jamais arriver à détester écrire. Comprenez-vous ce que j’essaie de vous expliquer? Parfois, quand on a comme principale occupation ce qui était, autrefois, un passe-temps, on rencontre des obligations, on se mets de la grosse pression et on fini par ne plus aimer ce qui, encore là autrefois, nous animait. Je ne veux jamais en arriver là, j’aime trop l’écriture et je vous aimes trop pour ça.

J’ai trop mis de temps et d’énergie dans mon bébé, dans mon blogue. Je fais donc un retour en force, certes oui, mais d’une façon beaucoup moins «robotique» et beaucoup plus enflammées que ces derniers instant passés à essayer de composer, sans toutefois y arriver.

Et vous, avez-vous pris une pause de quelque chose en 2018? Si la réponse est non, je vous invite à le faire une fois de temps en temps car, malgré ce que l’on pense, on en revient beaucoup plus grand et beaucoup plus confiant.

Et c’est là que la petite magie opère, que l’amour revient pour notre passion première et que finalement… on comprend encore mieux notre vie sur cette drôle de Terre.

Allez, buvez des smooties et lâchez les sucrerie. 2019 c’est la nôtre mes p’tits chums!

Cheers!

Sautes-tu dans le train?

Par Suzie
lps188

 

Êtes-vous en vacances? Probablement, comme la moitié et même plus du Québec présentement. Moi pas, du moins, pas avant deux jours.

J’ai tellement hâte!

Oh oui! Premièrement, il faut dire que je n’ai pas eu de vacances depuis trop longtemps. Comme j’ai changé d’emploi en mai 2017, l’été dernier, je n’ai pas eu de temps pour décompresser, relaxer, me changer les idées… Non, je n’ai fait que travailler. Alors cet été, je les attends avec plus qu’impatience.

large (1).jpg

Ces vacances ne pouvaient pas tomber plus à point que présentement. J’ai besoin de temps. J’ai besoin de remettre les pendules à l’heure, de relaxer, de m’amuser mais aussi de prendre du temps pour moi. Juste pour moi. Je ne suis pas égoïste et loin de là, je suis surtout consciente que la dernière année a passée à la vitesse de l’éclair et que je n’ai rien vu de ça aller. Je n’avais presque pas de temps pour rien faire, rien avancer, rien profiter, rien penser… même pas le temps de penser au fait que je devais relaxer! C’est fou hein la vie en 2018?

Mais là, je suis tannée du métro-boulot-dodo. Des rires superficiels, du plaisir artificiel. J’ai envie de m’arrêter, de me fermer les yeux tout simplement et d’écouter le vent. Je ne souhaite pas inviter personne à ma retraite fermée d’été. Que moi, ma tête, mon esprit, mon corps et surtout, mon coeur. Même si je suis une fille de gang et que j’adore voir tous plein de gens tout le temps, au moment où j’en suis actuellement, il n’y a que moi qui peut s’inviter à mes vacances d’été. Du moins, pour une période. Car en fait, il n’y a juste moi qui peut s’aider et s’éclairer afin de revenir en forme, prête à escalader des montagnes et mettre tous les efforts possibles mais surtout, ne pas les mettre dans le vide. J’ai besoin de changement. J’ai besoin de nouveauté. Je veux casser ma routine, sortir de ma zone de confort, ouvrir mes yeux sur le reste du monde, tenter les nouvelles opportunités, découvrir de nouveaux talents et mettre en avant plan ma créativité, j’ai besoin de CHANGER.

Ce n’est plus le même trajet de voiture que je souhaite faire à chaque jour. Ce n’est plus le même déjeuner que je veux manger. Ce n’est plus les mêmes endroits que je souhaite fréquenter. Ce n’est plus dans 100% de ma vie actuelle que je veux me voir évoluer.

Car je suis arrêtée. Je suis sur pause, prête à accueillir des nouveautés mais aussi troublée du passé. Je suis hâtive de voir les choses tournées mais je suis craintive d’être obligé d’en abandonner.

J’aurai bientôt 29 ans et je n’ai jamais autant penser et référer toutes les situations de ma vie à mon âge. C’est un âge de transition, non? De quoi ai-je envie maintenant? Après toutes ces folles années à courir et pousser, pousser, pousser, tomber et me remettre sur pied, j’ai maintenant envie de d’autres choses. De partir à l’aventure, de tenter une nouvelle carrière, de fonder une famille et de m’épanouir en regardant celle-ci grandir, d’être heureuse dans toute ma simplicité et bref, de rester la même petite-grande-fille que je suis et que je deviens toujours plus à chaque jour, mais en concentrant mes énergies ailleurs que dans le boulot et le surpassement.

J’ai envie de me reposer quelques instant. De respirer profondément en sentant un vent de changement. De prendre mon temps, d’apprécier les petites choses de la vie tout simplement. D’avoir un côté encore plus humain, de tenir ta main et… qui sait, peut-être que nous serons prêts à mettre sur pied nos petits projets d’amoureux plus rapidement que dans un avenir lointain.

Et si je te disais que je suis prête pour le faire demain, ce changement, cette tournure du quotidien et de nos vies, serais-tu prêt à sauter dans le même train?

Dis-moi la vérité, si tu es assez fou pour me dire oui et qu’on poursuivre et réalise le tout en tant que  »nous »? Si tu ne le feel pas, je ne serai pas fâché, je comprendrai. Mais tu dois comprendre que je suis sur ma lancée et que peu importe les défis, je n’oserai pas me retourner et reculer. Alors à toi de voir si toi aussi, tu crois pouvoir.

Parce que seul on va plus vite mais à deux… on va plus loin.

suzie46

40

 

%d blogueurs aiment cette page :