Pi moi, j’suis tu encore ton amie?

Par Suzie
lps170

 

J’espère que tu vas bien et que tu mènes la vie que tu veux.

Je sais un peu ce que tu fais de bon, que tu as quelqu’un dans ta vie depuis peu, tu sembles toujours aimer autant passer du bon temps qu’avant, tu sembles travailler beaucoup aussi.

Je sais tout ça, mais je ne le sais pas autant qu’avant. Avant, période durant laquelle j’étais à tes côtés et derrière toi pour voir tout ça aller. Pour t’écouter m’en parler. Pour vivre toutes tes réussites et pour t’aider à te relever après un échec.

justlove

 

Mais ça… C’était avant,

En vieillissant, il est certain que je comprends. Ben en fait, que je comprends un peu plus. Parce que je dois t’avouer que j’ignore totalement ce qui t’es ou nous est arrivé, pourquoi nos chemins ont pu se séparé si lentement mais si loin en même temps… J’ignore tout ça. Appart que, ça fait parti de la vie, ce sont des choses qui arrivent et qu’on a peut-être moins les mêmes intérêts qu’avant, je n’ai rien pour justifier le fait de cette amitié effondrée. Une amitié qu’on a mit toute notre vie à construire, rénover aussi parfois par moment, mais détruire? Je n’aurais jamais pensé. Et même encore là, les justifications nommées ne comblent pas l’espace vide qui est réservée à une réponse pour moi. Ce n’est peut-être pas une justification mais plutôt, une excuse.

Pi toi, t’en pense quoi? As-tu des choses à me dire? J’aimerais ça que tu me raconte un beau souvenir que tu as. Un moment qui t’as marqué et que tu as passé avec moi. Moi? Je ne pourrais pas te dire, je devrais écrire une liste longue d’au moins 1 km si ce n’est pas plus. As-tu ressorti notre livre? Je sais que tu sais de lequel je parle. Oui, c’est bien celui-là. Celui dans lequel on avait écrit au début du secondaire se promettant d’être amie pour la vie, peu importe ce qui arriveraient et dans lequel on s’était promis de ne jamais ouvrir la lettre… sauf si un jour, on ne se voyait plus.

J’aimerais revoir ce livre. Juste de le regarder, le toucher et l’ouvrir, me ferait retomber à cette journée, ferait ressortir des souvenirs mais surtout, me ferait tellement rire.

On est pas en chicane, moi je pense qu’on s’aime encore. Je pense qu’on est encore des meilleures amies malgré nos habitudes différente et notre absence dans notre quotidien. Mais je tiens à te dire, que peu importe le jour où je te croiserai – que ce soit demain ou à la veille de ma mort – je verrai toujours une évidence à travers toi. Une ressource, un genre de feeling comme quand on dit  »home sweet home ».

Parce que tu es un peu ça, veux, veux pas. Tu connais tout de moi et tu pourrais répondre à une question me concernant plus que mon chum et mes parents.

Parce que ton rire est irremplaçable. Parce que ta façon de réfléchir est unique. Parce que t’es une amie merveilleuse.

Parce que je t’aime toujours autant qu’avant, que maintenant et pour tous les jours devant,

j’aimerais qu’on puisse se donner une autre chance de redevenir les meilleures copines/chumettes/best friend/soeur, name it, quétaine ou pas, du MONDE.

Parce que notre relation est mon  »home sweet home ».

18926267_10212528513386358_1513530270_osuzie18

Publicités

One Comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :