Par Maude Dubé
collabo3

Je commence à peine à écrire ces mots, qu’encore j’ignore si j’arriverai à les publier. Peut-être dormiront-ils au fond de mes archives, comme un de ces lourds souvenirs que l’on souhaite oublier. Pourquoi? Parce qu’ils raconteront ces jours sombres où je m’y suis complètement perdue…

Perdue, j’ignore si le mot est assez fort pour décrire ce que je ressentais à ce moment. Trop longtemps j’ai résisté, trop longtemps j’ai nié… Mon corps me donnait trop de signes, la vie me criait d’arrêter, je refusais d’écouter. Encore un peu, juste un petit peu… Et puis un jour, tout s’est effondré…

Ce matin là, je ne pouvais que faire face… je n’arrivais plus à bouger, je n’arrivais plus à parler, je n’arrivais même plus à respirer. À partir de ce moment, j’ai eu l’impression de débuter l’ascension du mont Everest en pleine tempête de neige, sans boussole, vêtu de mon habit de printemps à -40 en plein mois de janvier. J’étais complètement perdue, je me sentais morte dans un monde de vivant. Le sommet de la montagne, à ce moment n’existait plus. Plus jamais je ne pourrai revivre, plus jamais je ne pourrai ressentir la flamme qui me fait tant vibrer. Je n’avais plus envie de rien, plus rien ne me faisait rire, j’avais tout perdu, je me sentais vide. Une étiquette posée: dépression, burn-out, épuisement, «écoeurantite aigüe» de tout… Je ne sais plus… À ce moment, peu importe l’étiquette qu’on me collait à la peau, ça ne changeait rien. Je n’avais juste plus envie de rien, j’étais vide.

large

Yeux creux, regards sombres, nuits blanches tourmentées, l’ascension de ma montagne émotionnelle débutait. Je n’y voyais rien, que du brouillard. J’avais l’impression de faire du surplace. J’espérais que le soleil revienne, sans que j’aie à y mettre des efforts. Je voulais la tâche facile, je voulais que quelqu’un le fasse pour moi. C’est là que je me trompais.

Aujourd’hui, avec du recul, je suis capable d’affirmer que cette descente aux enfers a été pour moi, le plus beau cadeau que la vie ait pu m’offrir. J’ai appris à me connaître, j’ai dû faire des choix qui m’ont ramené sur le droit chemin. Parfois, notre vie doit être complètement chamboulée pour nous ramener sur notre chemin, ce chemin qui nous était destiné. Et je peux affirmer que c’est exactement ce qui est arrivé. Aujourd’hui je me sens bien, bien comme je ne l’ai jamais été. Je suis heureuse comme jamais j’aurais cru possible. Les choix faits à ce moment ont été difficiles, mais ils étaient nécessaire. Plus jamais je retomberai? Je ne peux l’affirmer… Mais une chose certaine, j’ai découvert des forces dont j’ignorais l’existence…

large (1).jpg

À toi qui regarde présentement ton mont Everest et qui doute de tes capacités… À toi qui lit ces mots et qui a probablement les joues trempées de larmes, dis toi que tu y arriveras… Crois-y, et fais un premier pas en avant, un minuscule petit pas qui pourra, changer complètement ta vie… Je sais que ce n’est pas facile, mais crois-y…

Amicalement, Maude xxx

Publicités

4 replies on “Collabo Pop-Up! | Nuit blanche, idées sombres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s