Par Suzie
Photos | Dyade Photo
lps113

 

 

Ahhh, la p’tite vie. Quelle aventure tout de même. Mais quelle belle aventure que je n’échangerais pas pour rien au monde.

Parce que pour la trouver belle, je veux dire cette vie, il faut parfois connaître des périodes plus creuses voir totalement déprimantes. Quand on remonte la pente et que revient l’espoir, il est plus facile de se rappeler à quel point au fond, rien n’est impossible et qu’il n’y a rien dont on ne guérit pas. On ne garde que des cicatrices, certaines plus profondes que d’autres et on guérit malgré tout. En fait, on s’adapte devrais-je dire.

dyade-photo-portrait-suzie-bois-1585

Je ne peux nier le fait que jusqu’ici, à 27 ans, je mène une sacré de belle vie. Comme tout le monde, j’ai eu et j’ai encore mes embûches, ça fait parti de son récit. Avec le temps, on connait un peu plus la sagesse et il arrive de porter réflexion sur des choses auxquelles on ne pensait pas il y a quelques années. Et c’est ce que je vous livre aujourd’hui, le fruit de mes réflexions que je construit tard la nuit ou en marchant, tout simplement. Ça me permet de faire un bilan et de tiré le positif ainsi que le négatif de la vie que je mène. Ça me permet de tirer des conclusions et de parfois vouloir trouver sa raison.

À 27 ans, je ne peux nier le fait que je suis une adulte et ce, même si parfois je trouve ça dur et compliqué pour rien. Je repousse souvent cette catégorie en me disant que je suis encore jeune et que je peux faire des folies. L’âge, c’est dans notre tête que ça se passe et c’est à nous de choisir comment on le vit. J’ai 27 ans, pas d’enfant mais d’ici quelques années sûrement. Ma vie risque encore de faire un 360 avec l’arrivée d’un bébé. Mais en attendant, je profite de ma liberté pour mes projets, pour ma famille et mes amitié, pour voyager et beaucoup pour faire de ce blogue quelque chose qui peut vous inspirer.

Même si je dis souvent à ma mère que la vie d’adulte c’est trop dur et que je veux rester un enfant, je crois qu’il est maintenant temps. Temps de couper ce cordon, temps de mettre un terme à mes réflexions. Mais avant de franchir la vraie porte une bonne fois pour toute, j’aimerais laisser une note.

J’aimerais… laisser sur papier ou plutôt taper sur mon clavier… 10 choses que j’aurais aimé apprendre avant de devenir une adulte. 

dyade-photo-portrait-suzie-bois-1092.jpg

1 – Faire mon budget et prendre de ses nouvelles.

En tant qu’adulte trèèèès responsable, je regarde quelque fois par semaine mon compte bancaire et autres sur Accès D, tsé. À l’occasion, je regarde aussi les rentrées et les sorties d’argent mais… je n’évalue jamais vraiment à combien s’élève mes dépenses en sorties, en resto, en magasinage (une chance) et en essence par exemple. J’aurai aimé qu’on m’apprenne à calculer le tout à la fin de chaque mois et même à chaque fin d’année pour mieux évaluer et me situer.

2 – Prononcer le mot : NON.

… Et sans me sentir mal / coupable. Avec le temps, j’ai appris. Mais je dois dire que ça n’a pas toujours été le cas et que ça n’a pas été facile. Pendant bien des années durant ma vingtaine, je n’ai pas assuré de ce côté. Par peur de déplaire, de faire de la peine à quelqu’un, et même de frustrer mes amis. Trop souvent je me sus enlevé mon propre droit décisionnel et ma liberté face à mes choix et au final, c’est moi-même qui se déçois.

3 – Accepter la critique.

Je suis une fille susceptible. Ça ne me dérange pas de l’écrire.

J’ai amélioré et travaillé fort sur ce point durant les dernières années, surtout depuis mon entrée sur le marché du travail. Par contre, je ne vous cacherai pas que j’ai encore bien des croûtes à manger. En fait, j’accepte la critique provenant d’un individu. Ce qui complique la chose, c’est quand vient le temps d’assimiler celles-ci que la misère s’installe et c’est, au final, envers moi-même que je suis fâchée ou même encore une fois, déçue. #jesuisperfectionniste #piçagosse.

4 – Coudre. Oué.

Bon, je ne souhaite pas devenir designer et me lancer dans la mode… mais de réparer un vêtement et même d’apprendre à coudre un bouton, je n’aurais pas dit non.

P.S : Je ne sais toujours pas coudre.

dyade-photo-portrait-suzie-bois-1637.jpg

5 – Que les amis, ce n’est pas nécessairement pour la vie. 

Je suis une fille extrêmement fidèle en amitié (ben, en amour aussi là, ça va de soi!) et j’entretiens mes relations. Malheureusement, ma priorité n’est pas toujours celle des autres. Nos chemins se séparent parfois dû aux circonstances de cette vie et parfois, plus tristement, on regarde une amitié s’effondrer sous le poids de l’orgueil, de la culpabilité ou par simple lâcheté.

6 – Que de s’empiffrer et ne jamais engraisser, ça fait son temps.

Trooooop plate que la «p’tite shape» de fille de 18 ans qui fait même pas de sport en plus et qui mange comme un porc, ça ne puisse pas durer éternellement.

Je vous aurai prévenu : un métabolisme, ça ralenti.

7 – Changer un pneu.

Au moins, je sais comment en gonfler un! Quand je fais un flat, j’appelle pas papa (il est trop loin!), mais bien CAA. Remerciement tout spécial à mes parents qui me paient cet abonnement. 🙂

8 – Déléguer.

J’ai l’impression que plus jeune, j’obtenais une meilleure note en matière de délégation. Peut-être par manque de confiance en soi? Aujourd’hui, je préfère souvent organiser et faire les choses by myself. Je devrais apprendre à déléguer, ça me laisserais plus de temps pour cuisiner. #mercimonchum

9 – Que notre premier amour, est rarement pour toujours.

Dans une vie, que ce soit par choix ou pas, il faut s’adapter si l’on veut continuer d’avancer. Et selon moi, un coeur brisé est un passage obligé afin d’apprendre à aimer.

dyade-photo-portrait-suzie-bois-1095.jpg

10 – Apprendre à épargner au lieu de m’endetter.

Mais ça… c’est pas mal réglé. Ouais! En fait, c’est même chose du passé. J’ai appris à grand coup d’expérience dans ce domaine-là. (Des prêts étudiants, c’est pour payer les livres et non pas des tournées au bar et des chandail cheap, ok les jeunes?)

Maintenant que mes dettes d’études sont remboursées, j’ai commencé à épargner. Allô le REER et salut le CÉLI! Parce qu’après tout…

On m’a aussi dit que d’être une adulte, même si j’en ai pas l’air… Ça demeurait un passage obligé de la vie ça aussi!

dyade-photo-portrait-suzie-bois-1389

s.13.PNG

Publicités

3 replies on “10 choses que j’aurais aimé apprendre avant de devenir adulte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s