10 choses que m’auront appris mes 26 ans

Vous savez les simplistes, on a tous une phrase fétiche. Celle que l’on abuse sans trop s’en rendre compte, qu’on peut prononcer 50 fois dans la même journée sans même s’en trouver pathétique. Celle que l’on dit tellement souvent, que nos meilleurs amis ne l’entendent plus. Et ceux qui se retrouvent dans la même situation que moi ou qui sont maître de leur carrière seront probablement d’accord avec ma phrase célèbre.
Maudiiiiit que les journées passent vite, c’est fou!
 
Rien de plus cute ou original que ça, sorry but not so sorry. Le temps, c’est l’histoire de ma vie. J’en ai même un sablier de tatouer sur l’avant-bras gauche. Bon, je ne suis pas freak non plus, mais c’est vrai que je mets énormément de temps dans ce blogue, dans le nouveau que je suis en train de finaliser (qui sera insane soit dit en passant!), dans mes projets qui tournent autours de La Petite Simpliste et bref, dans la gestion du LPS Crew, des collaborations, des suivis auprès d’entrepreneurs avec qui nous faisons affaires et… ah! Anyway,tout ce que vous devez comprendre, c’est que je ne vois pas mes journées passées. J’aime tellement ce projet de blogue qui devient de plus en plus gros que je ne compte plus mes heures travaillées pour le plaisir et toute mon énergie que j’y met. Heureusement, j’ai une équipe super, un amoureux plus que patient et compréhensif (hey salut bé, merci là!) une famille et des amis qui croient en moi et en ce rêve qui je l’espère, deviendra réalité un jour, dans le but d’en faire ma carrière.
Dans la dernière année, j’ai eu le temps de penser à tout ce qui cadre dans ce blogue ainsi qu’à mes objectifs face à lui, mais aussi à ma carrière, dans quel monde je me voyais évolué, et ce qui me rendais heureuse. J’ai dû prendre une décision déchirante, mais aujourd’hui, j’en suis très reconnaissante. Comme quoi la vie est pleine de défis mais aussi pleine de belles surprises.
Avec toutes ces belles analyses là, qui s’effectuent le 3/4 du temps lorsque je marche le soir avec ma p’tite musique, j’en suis venu à comprendre beaucoup de nouvelles choses que je n’avais pas l’impression de connaître avant. Afin de se situer ou de peut-être vous motiver à poussée votre propre analyse de vous-même (ce qui est très bon soit dit en passant), j’ai décidé d’assumer pleinement, avec tout mon petit être de 5 pieds, les 10 grandes lignes surlignées au passage de la page de mes 26 ans. Les 10 choses que j’ai apprise et qui ont changé complètement ma perception de la vie.
1- Vivre et laisser vivre.
Alléluiiiia! En tant que fille indépendante, j’aime arriver et repartir quand je veux. L’aventure, ça me stimule. Je ne suis pas une fille de divan, une fille de routine. Ça me tue de ne pas avoir de challenge et de défis au quotidien. J’aime qu’on me laisse vivre comme je l’entends. Avec le temps, j’ai compris que je ne pouvais pas demander cette permission sans que je puisse la donner en retour. J’essayais plutôt de contrôler. Maintenant, je suis tellement heureuse des plans de vies de mes amies, de ma famille et de mon chum. Ça me réjouit de voir qu’ils sont heureux avec leurs choix, puisqu’ils le sont aussi pour moi. On vit pour soi, mais on respect aussi les autres et leurs choix. Et surtout, on leur laisse la liberté que nous même, on a demandé.
2- Mon bonheur, c’est moi qui le fais.
Ça revient sensiblement au point un. Par contre, ce que je veux dire ici est que maintenant, je n’attends plus après une occasion, après les gens et après la vie tout court pour être heureuse. C’est moi qui décide de mon propre bonheur. C’est sûr qu’il y a des situations déprimantes que l’on ne peut pas contrôler ou accueillir à grands bras ouverts. Mais au quotidien, je suis maître de mes réflexions et de mes réactions. C’est de là, exactement de là, que dépend beaucoup notre bonheur et de la personne que nous sommes. La façon de gérer une situation avec ses émotions!
3- Le succès, non ça ne tombe pas du ciel.
Ça se t-r-a-v-a-i-l-l-e. Ça prend beaucoup d’heure de libres devant soi que l’on décide d’investir dans son projet. Ça prend de la patience, de la persévérance. Il faut souvent être motivé, compté sur soi et sur son entourage, sur nos références, sur nos expériences, mais il faut aussi savoir attendre. La détermination et la discipline compte pour beaucoup également. Mais surtout, il ne faut jamais cesser de croire en ce qui nous attend au bout. Car à chaque jour, nous approchons la grande ligne d’arrivée et ce, même si à quelques occasion on a trébuché. L’important, c’est de se relever, essuyer la poussière sur son petit menton, relever la tête et avancer!
4- Laisser les choses aller.
Certaines situations ou décisions se gèrent. D’autres… non. Parfois, nous devons seulement laisser les choses aller et essayer de passer à une autre étape, même si nous n’avons pas toujours les bonnes explications. Nous n’avons pas le pouvoir de contrôler les émotions des autres non plus, seulement des nôtres. Si vous n’êtes pas fait pour être en couple avec Justin Timberlake les filles, vous ne le serez probablement jamais, alors laissez-le aller! Il retournera probablement aux côté de Britney.
5- Toujours s’écouter.
Autant le body que les pensées. Tu es épuisée? C’est vendredi soir? Ben coudonc! J’imagine que ta vie ne prendras pas le bord parce que tu n’es pas sorti faire le gros party un vendredi dans le mois? Ce que j’ai apprise, est que quand j’en ai assez, que mon corps me supplie d’arrêter, et bien, j’arrête. Il faut bien s’accorder du repos et se laisser masser le dos! Idem pour la tête ; quand la mienne spine trop, je pars me balader, tout simplement. Petite musique aux oreilles et voilà que la vie se porte à merveille!
6- Je suis maître de ma personne
Autrement dit, je ne me sens plus coupable pour rien. Je ne peux pas aller à un rendez-vous? Prendre un café ou une bière avec mes amies? Dater mon chum? Ah! Si vous saviez à quel point parfois j’aimerais pouvoir me séparer en deux. Malheureusement, c’est impossible. Et je ne suis déjà pas très longue – je mesure 5 pieds – alors on va me les laisser! Si j’avais déjà quelque chose de prévu au même moment, j’y vais, tout simplement. Ou dépendamment des circonstances, je choisi. Mais je choisi pour moi, selon ce que j’ai envie de faire. Pas nécessairement pour faire plaisir à Pierre, Jean pi surtout Jacques! J’essaie, même si ce n’est pas touche une tâche facile, de penser un peu à moi dans tout ça, tout simplement. Ça doit s’appeler «s’accorder du temps pour soi»!
7- Vaut mieux écouter que de parler.
Pas besoin de justification ici. Parler pour rien dire, parler contre les gens, parler pour broyer que du négatif, non merci. Par contre, je suis ben prête à t’écouter raler ta m**** s’il le faut. Mais je t’avertie, après 5 minutes, je me tanne.
8- Les amitiés changent
Certaines s’effondrent. Mais heureusement, certaine grandissent et évoluent. Ça ne sert à rien d’essayer d’entretenir une vieille relation quand tu as l’impression de l’entretenir seule et que surtout, elle ne t’apporte que très peu de bonheur et de rire. Et c’est normal, nous aussi on change, on vieillit, on se range ou on dérape, mais on ne peut pas toujours avoir les mêmes intérêts que notre amie à douze ans. C’est correct comme ça, l’important c’est seulement de ne rien forcer. Anyway, les vrais amis eux, sont là pour rester.
9- Savoir me gérer par moi-même
Je l’avoue, j’ai une petite tendance à être impulsive parfois. Mais savez-vous quoi? Je le suis vraiment moins qu’avant! Probablement que j’en suis venu à comprendre que plus souvent qu’autrement, ça ne servait à rien. Maintenant, je garde mon calme (la plupart du temps là!), j’analyse, je réfléchie, et ensuite je parle ou fait une action. Pas dans le désordre comme j’avais tendance à faire avant. Mais aussi, j’ai appris que ça ne sert à rien de tout foutre dans le même panier et de paniquer.
Je crois que mes parents apprécient d’ailleurs ;)!
10- Croire en ses rêves ce n’est pas banal.
Phrase quétaine à 5 piasses, I know. Mais on dira bien ce que l’on voudra, ça reste vrai. Pourtant, j’ai rangé bien loin entre deux paires de bas que je sors pas souvent, mon rêve de devenir rédactrice. Maintenant, avec ce blogue, mon quotidien, c’est d’écrire. Je ne suis peut-être pas une grande rédactrice en chef comme Jenna dans 13 ans bientôt 30 mais, je le suis un peu en ayant fondé ce blogue et en gérant une équipe de rédacteur. Chaque jour, lorsque je vois mon petit blogue devenir de plus en plus grand, je me donne le droit de continuer de rêver. J’ai acquis plusieurs outils nécessaires pour y arriver. Maintenant, il ne faut que patienter. Lentement mais… sûrement!  ASSURÉMENT!
 
Et vous, vous en êtes où dans votre processus d’apprentissage? Lâchez pas!
Bon week-end mes simplistes,
suzie-2

Photos | La Cardinal Photographe
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s