J’ai tenté l’expérience : Les rallonges tressées

Par Ariane

Mesdames, je suis certaine que plusieurs d’entres vous rêvent de retrouver votre chevelure d’antan. Peut-être voulez-vous simplement y ajouter un peu (ou beaucoup) d’épaisseur ou de longueur? Bien sûr, je n’ai pas de réponses miraculeuses pour vous, mais peut-être en reste-t-il une à laquelle vous n’auriez pas encore pensé. Il y a plusieurs mois de cela déjà, j’ai eu recours à la pose de rallonges tressées et je vais vous raconter mon expérience.

Premièrement, je travaille comme conseillère à la boutique d’un salon de coiffure. C’est super parce qu’on à de bonnes conversations avec les coiffeurs et aussi des prix pas mal intéressants sur les services techniques. Étant assez tannée de mes cheveux qui ne poussaient plus, je me suis mise à discuter avec une coiffeuse ayant travaillé avec une clientèle ethnique très diversifiée par le passé.  On parlait de différents types de rallonges. Les rallonges à « tapes », à « clips » et à billes étaient déjà toutes hors de questions pour moi, alors elle m’a proposée les rallonges tressées. Honnêtement, je ne pensais pas que c’était quelque chose qui se faisait sur toutes les ethnies. Je pensais que les cheveux caucasiens étaient trop lisses pour garder la tresse plusieurs mois. Elle m’a expliqué que tout était dans la tension qu’elle mettrait lors du tressage. J’étais vraiment emballée alors j’ai pris mon rendez-vous, j’ai commandé mes trames de cheveux en m’assurant de la qualité de celles-ci et j’ai attendu patiemment.

Me voilà maintenant assise dans la chaise. La coiffeuse commence par prendre de toutes petites sections horizontales de mes propres cheveux le long du cuir chevelu pour faire une tresse française appelée « cornrow ». Ça fait assez mal, tout dépendamment des zones, et ma tolérance de douleur au niveau du cuir chevelu est généralement bonne. Ensuite, elle prend ma trame de rallonge, un fil spécial et une aiguille courbée, et elle coud la trame tout le long de la tresse. On répète se processus pour toute la tête en alternant avec des rangées de mes propres cheveux pour un look des plus naturels. La pause est terminée, je sens mon pouls dans ma tête, mais je suis vraiment contente du résultat.

La première nuit de sommeil n’est pas si pire. La deuxième est assez l’enfer, je sais pas trop comment me positionner sur l’oreiller parce qu’on dirait que j’ai des coutures sensibles partout. La troisième ressemble assez à la première, et la quatrième se passe plutôt bien. Je me lave enfin les cheveux parce qu’on dirait que le sébum ne se rend plus vraiment nul part. Avantage me direz-vous? Pour la plupart des gens probablement! Pour moi qui fait de l’eczéma et qui à la peau déshydratée à grandeur du corps, pas tellement.  On doit s’assurer que les tresses sont bien rincées sinon bonjour les démangeaisons (que j’avais déjà avant)!

Bref, après trois semaines j’avais tellement le cuir chevelu sec que je les ai enlevées même si j’adorais le résultat! Il faut mentionner aussi que je « souffre » d’alopécie et que ma dermatologue m’a dit qu’il n’y avait pas de problème si je n’étais pas en crise. Cependant, quand j’ai enlevé les tresses, j’avais une nouvelle plaque. Finalement, je conseille vraiment la pause à quelqu’un qui a un cuir chevelu normal à gras, pas trop sensible, parce que le résultat est magnifique, rien à redire là dessus!

À bientôt!

13599713_10153561378176540_2124099361_nAriane xox

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s