Lettre à ma future fille

À toi, ma future fille.
 
Si un jour tu tombes sur ce billet de blogue, j’imagine que c’est parce que je t’ai vraiment eu. Parce que tu sais, pour l’instant tu n’existes pas et je ne peux même pas te dire si un jour tu le feras. 
 
Premièrement, je suis un peu triste de devoir te dire que de nos jours, nous n’écrivons plus sur cette chose que l’on appel du papier. Nous sommes à l’ère où tout va trop vite. Notre vie, notre routine, nos petits bonheurs et même nos pensées trop poussées. Comme celle-ci, justement. J’aurais bien aimé t’écrire ces mots que j’ai à te dire sur un vieux papier parchemin comme dans les films, mais imagine si un incendie détruisait cette lettre? Et de toute façon, je n’aurais pu la partager avec le monde entier. Cette  »lettre » se veut personnelle mais en même temps, ce veut aussi pour toutes les futures filles de ce monde, comme toi. 
 
Tu dois trouver ta mère (oui, oui, moi) bizzare de t’écrire avant même de connaître la vraie probabilité de t’avoir. Mais comme la vie n’est pas prévisible, je ne prend pas de chance et je te transmets mon savoir de fille-femme bien avant ton arrivée. Tout ça pour te faire comprendre, que si la vie t’arrachait à moi, j’aurais eu des choses à te dire, et ce, même si une seconde séparerait ta naissance de ma mort. Qui sait? On ne se croisera peut-être jamais non plus.
 
Oh, ma fille. Si tu savais du haut de mes 26 ans combien j’aurais de page à t’écrire sur cette chose qu’est la vie. Mais si tu veux bien, on va se contenter de l’essentiel. L’essentiel, c’est tout ce qui compte ici de toute manière. Voilà déjà une première philosophie que je souhaite te transmettre. Ne t’en fais pas trop pour rien, ça te rongera trop souvent jusqu’au os sans en avoir réellement de besoin. Prend la vie comme elle vient, elle est meilleure sous cet angle-là. N’essaie surtout pas de contrôler les choses que tu souhaiterais attérir sur ta route. Laisse-les venir à toi, c’est ça le challenge de la vie. Ce chemin sera certainement tracé de croche et de rond, mais si tu es comme ta (future) mère, les lignes droites ça t’ennuiera à mourir. Et le défi de la vie c’est justement d’avoir le courage de dealer avec toutes ces bonnes et mauvaises choses qui te feront rire et pleurer. 
 
Une chose inévitable d’une discussion mère-fille; les garçons. Bon, comment pourrais-je te raconter, conseiller ou faire comprendre cette race humaine si complexe? Là-dessus, je te laisse te faire ta propre idée, puisque je ne crois pas que nous aurons les mêmes goûts. Mais par expérience personnelle et par expérience de celles qui me sont chères, je peux quand même tenter ma chance en te dirigeant vers les bons garçons. Ah! Je t’entends déjà me dire, larme à l’oeil, après ta première rupture qui te fera mal, que ça n’existe pas, les bons garçons. Tu sais, je suis aussi passée par-là. Je suis aussi passée trop longtemps dans une relation malsaine. Quand on aime tellement, qu’on déteste. Mais comme je te dis, j’y suis passée seulement. Parce qu’à coups de larmes et de trous dans le coeur, j’ai non seulement passée dans cette chose malsaine, mais j’ai passée à travers. Et c’est ça l’important. La finale de chaque situation ou relation et ce que tu en retires pour tes prochaines expériences et conquêtes. Sans être méchante, je te souhaite de vivre une grosse peine d’amour, à toi aussi. Ce n’est pas que je veux te voir souffrir et te donner du mal, c’est plutôt car je veux te voir plus forte après. Je ne crois pas que tu puisses être prête à investir tout ton âme et tout ton amour dans une relation amoureuse sans en avoir souffert avant. Chacune des larmes qui roulera sur tes petites joues sera également une arme pour te protéger et te rendre forte comme une vraie guérière. Ces tristes moments sauront marqués à jamais dans ta tête et sur ton coeur, alors sache qu’avant de te donner à un homme pour le reste de ta vie, tu l’auras choisi. Parce que toi, tu ne seras pas dépendante affective. Tu ne seras pas en constante recherche d’attention. Tu prendras tout le temps nécéssaire pour vivre ta peine pour ensuite te rebâtir et en ressortir la tête haute. Garde-là comme ça, cette tête. Tu es tellement plus belle avec ton regard tourné vers l’avenir qui se trouve devant toi.
 
 
Parlant d’avenir, je sais que tu seras intelligente. J’aimerais que tu l’utilise pour faire les bons choix de vie. Autant du côté relationnel que du côté carrière. J’aimerais que tu possèdes les mêmes intérêts que moi. J’aimerais me voir en toi. Parce que j’aimerais te voir repousser tes limites et faire de longues études et de me voler le métier dont j’ai toujours rêvé mais que je n’ai pas encore touché. Soit créative, écrit, pousse ta pensée. Ça te sauvera la vie plus d’une fois, crois-moi. Et si tu es en manque d’inspiration, tu pourras toujours relire le vieux blogue de ta mère.
 
Ne te soucie pas trop de l’argent non plus. Je sais bien que tu aimeras mieux porter le dernier chandail de ta designer préféré au lieu d’une poche de jute, mais l’argent ne fait pas TOUJOURS le bonheur. Et loin de là, fille.
 
Une dernière chose avant de signer cette lettre. Je veux que tu t’accordes de l’importance, que tu te considères, que tu saches dire merci quand on te complimente. N’abuse pas de ta beauté ni de tes qualités pour faire du mal aux gens autour de toi. Soit vraie, soit honnête. Joue tes vraies cartes, ou ne joue tout simplement pas au fond. Reste toi-même et fait toujours tes choix en fonction de toi mais surtout, en fonction de ton coeur.
 
J’espère t’avoir laissée une belle philosophie de vie. Ne la prend pas trop au sérieux et amuse-toi. Rit le plus souvent possible et surtout, aime de tout ton être, tout ce qu’on peut aimer dans cette vie et ce, à chaque occasion qui se présentera.
 
Peut-être qu’un jour cette lettre sera entre nos quatre mains. C’est ce que je souhaite le plus pour nous. Ce que je souhaite le plus oui, ça, et que ma philosophie de vie soit toujours la même malgré le fait que la vieillesse aura fait son chemin sur mon corps et entre les lignes de mon cerveau, mais qui sait, ne se rendra peut-être jamais sur celles de mon coeur. Mon coeur de future mère.
 
Je t’aime, ça je le sais déjà. Tu me fais penser ; ne part jamais sans dire je t’aime. C’est tellement important de le dire à ceux pour qui on le ressens vraiment. Tu ne le diras jamais trop, c’est ce qu’il y a de plus beau.
s5.PNG

 

Publicités

Un commentaire sur « Lettre à ma future fille »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s