L’hiver, toi pi l’coeur frette

L’hiver est définitivement arrivé. L’hiver, ça me shake toujours un peu plus le p’tit cœur.
Parce qu’il fait froid, parce qu’il fait plus noir. Parce que j’ai plus souvent l’envie de m’enrouler dans une couverte douce pi de me coller les p’tits pieds. De les glisser, tout doucement entre une autre paire de pied, question de me réchauffer en entier. L’hiver, j’ai envie de juste relaxer, de rien faire – mais à deux – pi de me fusionner les bas de laines avec une autre paire. L’hiver, j’ai un plus grand vide depuis que je la passe seule.
Ça fait 3 hivers que t’es pu là. 3 hivers, que je t’ai demandé de t’en aller, même si je savais que ton départ allait me faire greloter. J’étais prête à l’assumer, mais mon équipement chaud lui, y’était pas prêt. En tous cas, pas pour le froid du mois de janvier.
Il y a des jours doux, durant lesquels j’ai oublié ton existence pi la trace que tu m’as laissée dans le cœur pi partout en dedans du corps. Pi parfois, il fait ben ben frette. Tellement frette que je suis là, à regarder autour de moi pour voir si tu serais pas là, à quelque part de pas trop loin. Mais trop de fois t’as comblé la petite chaleur qui manquait. J’ai pas été ben ben correct là-dessus, t’as raison de me l’avoir fait sentir. Pas été correct, parce qu’aussitôt que le thermostat de mon corps avait retrouvé son niveau, je ne faisais plus appel à tes services de consolations.
Pi à un moment donné, tu t’es dit que c’était assez. Pi t’as ben faite. Parce qu’on en serait probablement encore à la même page de notre histoire. Desfois je t’aurais fais à croire qu’il faisait trop chaud – alors que je gelais du corps en entier – pour qu’on se voit, pi d’autre fois, je t’aurais dit que je tremblais, tellement que j’avais froid, alors que j’étais en sueur. Fack c’est correct que tu sois parti.
C’était correct tant que je savais, qu’en cas vraiment mais vraiment urgent, tu saurais réparer mon p’tit thermostat, tsé.
En cette première journée de l’année, pour la première fois depuis les trois dernières, je n’avais pas pensé à toi. Ben pas encore, du moins.
On m’a demandé ce que tu étais devenu dernièrement, ben oui, moi aussi j’ai trouvé ça weird qu’on me demande ça à moi. Parce que, je ne le sais pas. Mais en cette première journée de l’année encore, la vie a voulu me secouer le cœur, la tête pi le corps – jusqu’aux ongles – tel un tremblement de Terre, pour me rappeler que même si je ne savais pas ce que tu étais en train de devenir, que t’étais encore sur la même planète que moi.
Pour être ben honnête, je m’aurais passé de me faire sacrer dans l’mur de même. C’est trop pour un doux matin de nouvelle année durant lequel t’es déjà un peu magané.
Tu vas avoir un enfant.
Mais un enfant qui, contrairement à ce qu’on a toujours dit, ne sera pas de moi.
Tu vas avoir une fille, à ce qui parait.
Ne lui donne pas le nom que l’on avait choisi ensemble STP. On va faire ça égale si tu veux. Je ne l’utiliserai pas non plus si un jour, avoir un enfant serait rendu à mon tour.
Ça allait ben tsé. Je ne pensais plus vraiment à te souhaiter bonne fête, à la veille de la mienne et quand 2016 a annoncée son arrivée, j’ai pas pensé à toi non plus. Comme je te dis, ça allait ben tsé, depuis une coupe d’année.
Malgré qu’aujourd’hui, tu ne fasse plus parti de ma vie, cette nouvelle m’a rentré dedans comme un poignard dans l’cœur. Le p’tit cœur frette. C’est de pensé, que si après 5 ans, je ne t’avais pas demandé de nous abandonner, ce serait peut-être moi qui aurait cette petite chose dans mon ventre.
Inutile de me demander si je serais heureuse à trois ou si j’ai fait le bon choix d’être heureuse à une.
La seule chose que je peux me demander en ce moment, c’est de savoir si mon p’tit cœur frette saura tenir tête à l’hiver qui vient de débarquer.
Elle sera belle, ta fille. Et elle, celle qui comble maintenant tes hivers, aura l’homme que tu es devenu. Pour ma part, même si tu n’es plus dedans, je ne peux pas en vouloir à la vie de m’avoir prêté durant cinq bonnes années, le p’tit homme que t’étais, avant de devenir ce papa.

S. xox

Publié par La Petite Simpliste

Fondatrice et rédactrice du blogue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :