J’ai des choses à te dire

Je pense que j’ai des choses à te dire. Tsé des choses là.
Comme celle qu’on a pas toujours envie de dire ou celle qu’on préfère ne pas dire simplement. Par peur. Par peur que ça sorte toute croche ou par peur que l’autre le prenne comme un reproche. Pi desfois, par peur que la personne concernée se sente un peu trop interpellée ou qu’elle se fasse trop d’idée. Ces choses là là, tsé…
Je sais que les choses que j’ai à te dire sortent plus souvent quand c’est des choses pas fine. On dirait que c’est toujours plus facile. Pourtant, l’orgueil, j’ai pas héritée de ça. Pourtant présentement j’aurais des choses à te dire, mais des choses fine. Des choses que tu serais content d’entendre, je pense. Peut-être qu’elles sortiront prochainement de ma bouche pi peut-être pas non plus. Peut-être qu’elles sortiront plus facilement après une coupe de bières. On connait ça, ces moments-là, c’est toujours plus facile hein? Tu en sais toi-même quelque chose.
Je pense que je me garde une limite parce que j’aurais peur que tu saches que c’est gagné d’avance. Je t’ai tellement souvent dit que j’étais un peu farouche avec les p’tits gars au début. J’suis pas super facile d’approche pi j’ai un coeur de rocker, comme Gerry. Et pourtant, j’ai l’impression que si je te dis les choses que j’ai à te dire direct dans le blanc des yeux, je perdrais de ma force et de mon indépendance. Mais on s’en fou tu anyway? Je m’auto-lance le message. Habituellement, jamais mais au grand JAMAIS je me parle pour me dire ça. Je garde toujours mes pitbulls pas trop loin, prêts à sauter sur celui qui me fera mal. Ce serais-tu parce que je le sais et le sens, que tu me feras pas mal?
Peu importe. J’ai des choses à te dire, pi c’est vrai. En attendant de trouver mon petit courage dans le fond de ma poche de jeans, je vais déposer mes mots doux ici. De toute manière, t’es trop occupé de tes journées pour lire mes articles, je le sais. Mais si jamais tu tombais sur celui-ci… Ben j’aimerais te dire toute ces belles choses là.
J’aime ça, passer mes doigts dans tes cheveux long pi pogner un nœud. Ils sont quand même soyeux.
Pi j’aime ça, quand tu prends la peine de venir me voir même quand tu sais que la madame est pas contente. Mais tu viens quand même parce que tu le sais que je veux juste avoir l’air tough pi que dans le fond, je le suis pas tant.
J’aime ça aussi quand je te parle de quelque chose pi que je prends pour acquis que tu comprends tout, alors que tu sais même pas de quoi je te parle. Mais tu prends la peine de me demander de t’expliquer pi ça, ça vaut beaucoup à mes yeux.
J’aime ça, quand tu me dis que tu le sais que t’es pas assez présent. Mais que pour l’instant, ça doit rester comme ça parce que tu fais de ta passion ta principale occupation pi tu travailles fort. Là-dessus, on peut se comprendre, on est dans le même bateau. Mais j’aime encore plus quand tu me dis que dès que tu as un peu de temps libre, tu le prends toujours pour être avec moi.
J’aime ça quand tu me dis 3 fois de suite : Eye bébé, t’es-tu mon bébé? Juste comme ça, pour niaiser. Savais-tu qu’à chaque fois ça me fait sourire?
J’aime ça quand on part sur une dérape pi qu’on a l’air d’un couple d’adolescents tellement on niaise avec n’importe quoi. C’est simple, et c’est de ça, oui exactement de ça que j’ai de besoin.
Pi il y a la liberté qui habite entre nous deux aussi que j’aime. On aime être ensemble, mais on comprends que tous les deux, on est occupés comme 10 mais qu’on se respecte dans nos passions et nos buts. On va y arriver, je te le promets.
Je pense qu’au fond, c’est un peu de tout ça que j’avais à te dire. Je pense qu’il y a aussi d’autre chose, mais pour ça, on attendra encore un peu. Anyway, on est pas pressés hein nous autres? En autant que nos lèvres se touchent à chaque fois qu’on se voit pi qu’on se glisse des p’tits mots doux pi quétaine dans le creux de l’oreille, moi je suis bien comme ça.
Oh pi je voulais te dire aussi que desfois, en marchant toute seule dans la rue, ça m’arrive de sourire toute seule et de remercier la vie d’avoir déposé un p’tit chat comme toi dans mon chemin. Oh pi, parlant de ce chemin justement, je voulais aussi te dire que j’aimerais ça qu’on puisse en faire un bon boute ensemble.
Pi, toi, en as-tu des choses à me dire?
Ah c’est vrai… Je voulais aussi te dire que, ben oui… Je suis contente d’être ta petite amoureuse maintenant. Pi en réponse à ta question, oui je suis aussi ton bébé.

S. xox

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s