Des sentiments petits formats et un gros frite pour emporter S.V.P!

Yummmi, de la vieille junk!
 
J’ai l’image de moi, dans ma tête, au comptoir du McDo, en face d’un adolescent boutonneux à souhait comme commis.
Commis : – Saleu, j’peux ty prendre ta commande?
Moi : –Allô! Oui, ça va être un trio sentiments pour apporter S.V.P. Le petit format de sentiments, mais tu changeras ma frite pour une grosse frite. Ah, pi un coke diet body!
Commis : – mké, 10.75 $
Moi : – Par débit S.V.P.!
Commis : – C‘est à vous m’dame.
Ça me fait penser à notre génération. Je ne veux surtout pas généraliser. Je sais que ce n’est pas tout le monde qui se contente de nourrir son corps de déchets. Par contre, beaucoup d’entre nous aime ben ça pareil, tsé.
Ça me fait penser à notre façon de vivre nos relations. Pi ça me lève le coeur, autant qu’après avoir mangé un trio Big Mac, extra sauce dedans.
Aller au resto pour toi, c’est quoi? Metton, te dis-tu, ok ce soir, j’ai envie de bien manger. Je me paye un cristi de bon resto! Mais tu y va disons 2 fois par mois maximum. Ou ben t’es un peu lâche, t’aime pas ça te faire à manger fack tu te dis : baaaah, j’vais aller au Ashton me chercher une grosse pout. Le lendemain, même chose, pi le surlendemain aussi. Dans le fond, le budget que tu aurais mit en un seul repas, mais dans un excellent resto, ben toi tu aimes mieux l’étendre sur ta semaine au complet en consommant des p’tits repas pas cher et pas bon pour la santé, mais tsé, t’aime pas ça cuisiner. Fack, t’as pas vraiment d’autre choix.
Les relations avec le sexe opposé pour toi, c’est quoi? Attend tu de tomber sur une personne avec qui ça va cliquer et bien vouloir faire un bon bout de chemin avec? Vraiment investir pour que ça fonctionne et que ça dure? Ou bien, tout comme tes habitudes de junk food, t’es un peu lâche pour chercher quelqu’un à ne pas briser, et tu te contente d’un peu moins, t’es jamais vraiment rassasié à 100% mais ça te bouche un coin pi un espace dans ton lit pour un p’tit moment? Pour le même temps, mais pas le même effort, tu peux t’en ramasser quelques un(e)s et passer toujours à la prochaine personne après sans même que tu te sente mal ne serais-ce qu’un tout petit peu.
J’ai souvent l’impression que l’on vit nos relations comme on consomme la junk food. Cheap, rapide, pas cher et ouvert aux petites heures. T’as pas trop besoin de chercher longtemps, il y en a pas mal à chaque coin de rue, pi surtout, oh oui, quand t’as vraiment faim en sortant du bar, ben ça te bourre en masse sur le coup, c’est efficace, pi maudit que tu dors ben après! Par contre, le lendemain matin à ton petit réveille à côté d’elle, tu meurs de faim à nouveau. Vas-tu te préparer un bon déjeuner sur la coche, à toi, ben pi à elle peut-être, ou ben tu vas aller au coin de ta rue te chercher un timatin? Ben moins long passer au Tim, aweille, on fait tourner la boucle pi on ne change jamais nos habitudes pour des meilleurs.
L’affaire, c’est qu’il va y avoir un moment dans ta vie durant lequel tu devras penser à arrêter de manger mal. De manger n’importe quoi et de te contenter de peu. Parce que sinon, tu risques de développer soit l’obésité morbide ou ben des maladies. Un peu comme les relations, un jour, les fréquentations que t’es pu capable de sentir après deux semaines, ça va finir par t’écoeurer. J’ose espérer qu’à un moment, tu auras envie de développer quelque chose pour une personne sur une longue période. Une personne qui te permettra d’être heureuse et qui te fera à souper, pour bien manger et être enfin en santé, moralement, du moins.
Je dis ça comme ça, mais ce n’est pas tout le monde qui trippe sur la junk et qui s’en contente. Il y en a, comme moi, que c’est occasionnel, mais je préfère et de loin m’en passer pi d’attendre d’aller manger un bon tartare dans un bon resto. Alors quand t’as faim, fait attention à ton choix de resto et à ta façon de commander ton trio. Parce que ça se peut, que t’aille l’air de quelqu’un qui aime manger santé, pi que tu t’en donne l’air. Pi ça se peut aussi, que la bonne habitude tu n’arrives pas à la développer avec ta fréquentation, mais essaie pas de la rendre accro à la junk.

La comparaison m’a inspirée parce que nous deux, on faisait à peu près juste ça manger. On aimait ben la poutine, c’était correct. Toi, tu me disais souvent à quel point tu aimais ça le fast food. Pi moi, je t’accompagnais un peu là-dedans. Il y a un soir que tu m’as fait un vrai bon repas, le soir de mon anniversaire. Étrangement, on avait bien mangé et ça a été notre plus belle soirée.
Mais quelques jours après la faim t’as repris un peu trop intensément. Alors tu as commandé un petit plat de sentiments, qui était pour moi, et toi, tu t’es simplement contenté de garder la grosse fritte, qui accompagnait mon plat. Un peu comme moi, qui avait vraiment développé quelque chose, et un peu comme toi, qui s’est contenté de l’à-côté. De tout ce qui entoure une relation. Les netflix and chill, les nuits ensemble, les sorties au bar.
De toute façon, je mange pas beaucoup. Toi tu mangeais beaucoup trop. J’aurais dû m’en douter, parce qu’il y en a toujours un qui a plus faim que l’autre. J’espère que t’as bien été rassasié et que t’auras pas faim toute suite pour une autre. Pour ma part, je viens de vomir mon p’tit plat de sentiments. Pi je peux te jurer qu’à cet endroit là, j’suis pas prêt d’y retourner.
S. xox
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s